ÉGYPTE : Suez et ArabCo rénoveront l’usine de traitement des eaux usées d’Alexandrie

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : Suez et ArabCo rénoveront l’usine de traitement des eaux usées d’Alexandrie © Arhendrix/Shutterstock

Suez et ArabCo viennent de signer avec l’État égyptien un contrat de rénovation d’une usine de traitement des eaux usées à Alexandrie. Située à l’est du pays, la ville compte plus de 4 millions d’habitants, ce qui en fait la deuxième ville la plu pays du pays. D’un montant total de 58,3 millions de dollars, les travaux vont permettre d’augmenter les capacités de la station d’épuration.

Les autorités égyptiennes viennent de donner leur aval pour la modernisation d’Eastern Purification Treatment Plant, une station d’épuration qui dessert plusieurs régions à l’est de l’Égypte. L’accord a été signé par Hassan Al Far, le chef de l’Autorité exécutive pour l’eau potable et les eaux usées du grand Caire et d’Alexandrie, Sherif Noaman, le directeur régional de Suez International et de Mohsen Salah, le président de l’Arab Contractors Company and Engineer (ArabCo). L’autorité responsable de la gestion des eaux va régler à ArabCo et Suez la somme de 50 millions d’euros (plus d’un milliard de livres égyptiennes) pour la modernisation et les transformations de l’usine d’épuration.

Il s’agira pour ces deux entreprises d’accroître les capacités de la station d’épuration en édifiant quatre nouveaux réservoirs de 36 m de diamètre et d’une hauteur de 23 m. Ces réservoirs vont permettre la collecte des boues issues du traitement des eaux usées. Suez et ArabCo construiront également un bâtiment de chaudière, un réservoir à gaz et une unité traitement du gaz.

Selon ArabCo, les travaux devraient être achevés en deux phases. Dans un premier temps, l’accent sera mis sur l’amélioration des performances et l’augmentation de l’efficacité de l’usine, ainsi que sur le traitement des boues produites par l’usine à l’aide du biogaz, tandis que la deuxième phase visera à réduire l’impact environnemental des produits d’épuration des eaux usées. Ces travaux devraient s’achever d’ici 2020. Après cela, l’Eastern Purification Treatment Plant devrait être capable de traiter 800 000 m3 d’eau par jour.

Les déchets issus de l’épuration des eaux usées serviront à produire du biogaz qui sera destiné à la production d’électricité.

Suez : très impliqué dans la gestion de l’eau en Afrique

Ce nouveau chantier égyptien est loin d’être le premier du genre qu’entend mener l’entreprise française en Afrique. À titre d’exemple, en 2017, elle a remporté un important contrat au Cameroun, avec Sogea Satom et Ingenica, de 22 millions d’euros (plus de 14,4 milliards de francs CFA). Suez et ses partenaires vont moderniser et agrandir la station de traitement des effluents de la raffinerie de la Société Nationale de Raffinage (Sonara) à Limbé, au sud-ouest du Cameroun.

Cette entreprise qui emploie plus de 80 000 personnes sur les cinq continents est engagée actuellement dans une compétition serrée contre la Société sénégalaise des eaux (SDE) et contre Veolia pour décrocher la concession de l’exploitation et de la gestion du service public de l’eau potable en milieu urbain et périurbain au Sénégal, dont le contrat actuel avec la SDE arrive à expiration en décembre 2018. Le verdict sera connu en septembre prochain.

Jean Marie Takouleu

 

 

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21