ZAMBIE : six agriculteurs s’associent pour construire ensemble le barrage de Luombwa

Par - Publié le / Modifié le

ZAMBIE : six agriculteurs s’associent pour construire ensemble le barrage de Luombwa©travelfoto/Shutterstock

La construction du barrage de Luombwa est lancée. Financé à hauteur de 12 millions de dollars par un groupe de six agriculteurs, il est situé dans le village Muchinda, district de Serenje au nord du pays. L’eau est destinée à l’irrigation.

L’union fait la force ! Voici un adage qui trouve tout son sens à Muchinda, un village situé dans la province Centrale, en Zambie. Sur place, six agriculteurs ont décidé de former la Luombwa Irrigation Company. Il s’agit d’une entité ad hoc puisqu’elle est chargée de la construction du barrage de Luombwa. Les autorités de la province Centrale se sont récemment rendues sur place. Selon elles, tout est désormais prêt pour le démarrage de ce projet.

Les ingénieurs qui travaillent pour le compte de Luombwa Irrigation Company attendent encore l’approbation de la Zambia Environmental Management Authority (Zema) et de la Water Resources Management Authority (Warma). Elles examinent encore l’impact environnemental et social de cet important projet. Car sa mise en place devrait impacter 83 ménages dans le village de Muchinda. Parmi elles, 23 doivent être déplacés. Mais selon David Sakala, le coordinateur de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement de la municipalité de Serenje, 20 des 23 familles ont déjà été déplacées.

Un projet déterminant pour l’agriculture locale

Les familles déplacées vont vivre désormais dans un village voisin, à Kabamba. Après la décision très certainement favorable des autorités compétentes, Luombwa Irrigation Company va construire le barrage, qui affichera une hauteur de 23 m, avec un mur d’une longueur de 1,7 km. L’installation pourra contenir 80 millions de m3 d’eau avec un reflux de 6,1 km.

Le coût total de ce projet est de 12 millions de dollars. Le tout financé par les six agriculteurs. Cette infrastructure devrait impacter significativement l’agriculture locale. « D’ici 2025, la population mondiale augmentera et environ 40 % de cette augmentation se fera en Afrique. La demande de produits agricoles va donc augmenter et nous devons nous positionner en tant que province Centrale, non seulement pour nourrir la Zambie, mais le continent dans son ensemble », n’a pas hésité à déclarer Chanda Kabwe, la secrétaire permanente de la province Centrale.

L’ambition paraîtra démesurée mais il faut néanmoins reconnaître que cette province est gratifiée de vastes plaines, propices à la culture des céréales comme le maïs, le blé, le sorgho ou encore le riz. En 2014, près de 400 000 hectares étaient cultivés. Cela représente plus de 20 % de la superficie totale cultivée en Zambie cette époque-là. La même année, cette province a fourni près de 50 % de la production de blé du pays. Et la disponibilité de réserves en eau durant toute l’année, pour les cultures et l’élevage pourrait facilement faire exploser ces chiffres.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter