TUNISIE : la BAD finance un programme d’assainissement pour 33 petites communes

Par - Publié le / Modifié le

TUNISIE : la BAD finance un programme d’assainissement pour 33 petites communes©/Shutterstock

La première phase du Programme d’assainissement des petites communes de moins de 10 000 habitants reçoit le financement de la Banque africaine de développement (BAD). D’un montant de 75 millions d’euros, ce prêt va bénéficier à 33 communes en Tunisie.

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé le déblocage de 76 millions d’euros en faveur de la Tunisie. Il s’agit d’un prêt de 75 millions d’euros et d’un don d’un million d’euros, qui vont servir à financer la première phase du Programme d’assainissement des petites communes de moins de 10 000 habitants.

Ce programme permet la création de nouveaux réseaux d’assainissement qui vont faciliter le fonctionnement des stations de pompage et d’épuration qui verront également le jour dans le cadre de ce projet. Ce financement va permettre aussi de rénover les installations existantes. « L’investissement dans de nouveaux systèmes d’assainissement profitant à une trentaine de petites communes favorisera un développement régional inclusif et créateur d’opportunités d’emploi pour les jeunes, en particulier pour les femmes », a affirmé Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque pour l’Afrique du Nord. Le programme d’assainissement des petites communes de moins de 10 000 habitants est également financé par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd)

Le financement de la Berd

Selon la BAD, le programme d’assainissement des petites communes de moins de 10 000 habitants va contribuer à la réalisation du Plan de développement 2016-2020 de la Tunisie. Il participe de la pérennisation de la gestion des systèmes d’assainissement à travers le renforcement des capacités des communes concernées qui sont situées dans 19 régions du pays. L’Office national de l’assainissement (Onas), en tant que porteur de ce projet, va également en bénéficier à travers le renforcement des compétences de ses agents, composés d’au moins 280 ingénieurs.

Pour atteindre tous les objectifs de cet important projet, il faut 160 millions d’euros. C’est pourquoi l’Onas a sollicité des soutiens de plusieurs de plusieurs partenaires au développement parmi lesquels la Berd. Celle-ci a d’ores et déjà annoncé un financement de 66,5 millions d’euros. Mais l’institution financière européenne veut aller plus loin.

Son prêt concessionnel sera accompagné d’un appui sous forme de coopération technique. L’objectif est d’apporter à l’Onas une aide au niveau de la conception d’un ensemble complet de mesures de soutien pour la mise en œuvre des décisions requises en vertu du Plan d’action environnemental et social. Cela concerne également l’introduction de mesures en faveur d’une plus grande participation du secteur privé, notamment la mise en place d’une assistance pour la supervision des nouveaux contrats de gestion des installations sur le modèle des partenariats publics privés (PPP).

Jean Marie Takouleu 

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21