OUGANDA : l’Égypte finance un projet de lutte contre l’herbe envahissante de Kariba

Par - Publié le / Modifié le

OUGANDA : l’Égypte finance un projet de lutte contre l’herbe envahissante de Kariba© DESIGNFACTS/Shutterstock

Le gouvernement égyptien a décidé de débloquer 230 000 dollars à destination de l’Ouganda. L’argent va servir à financer un projet de lutte contre les plantes aquatiques envahissantes qui menacent plusieurs marais, les lacs et les rivières.

Les lacs et les cours d’eau en Ouganda  sont envahis par un mal: l’herbe de Kariba. Son nom scientifique est Salvinia molesta. C’est une plante originaire du Brésil. Elle peut former des couches de 4 cm d’épaisseur à la surface de l’eau. L’herbe bloque l’accès pour les pêcheurs, les oiseaux et les mammifères aquatiques. Et, lorsqu’elle se décompose, elle prive les poissons et d’autres créatures d’oxygène.

Sur le plan économique, elle impacte la pêche, la productivité des barrages hydroélectriques et elle empêche même la navigation des bateaux. En l’absence de lutte biologique, elle ne peut être éliminée que par des moyens mécaniques ou manuels, « mais est tellement prolifique qu’elle peut revenir dans les zones libérées en moins d’un mois ».

En Ouganda, cette mauvaise herbe se répand comme un poison dans le lac Albert, situé à l’ouest du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC) ou encore dans le lac Kyoga, au centre du pays. Selon Vincent Bamulangaki Sempijja, ministre de l’Agriculture de l’Ouganda, la plante touche déjà une partie du Nil et le lac Victoria.

Un danger donc pour les cours d’eau et les marais ougandais. Le gouvernement a décidé de s’attaquer à ce problème. Il a reçu récemment le soutien de l’Égypte, qui promet de débloquer 230 000 dollars, pour un projet qui s’étalera sur une année. L’argent injecté servira essentiellement à acquérir de nouveaux équipements manuels qui vont permettre de débarrasser les marais de l’herbe de Kariba. Le matériel existant est plutôt conçu pour contrôler la jacinthe d’eau, une autre mauvaise herbe aquatique envahissante.

Un phénomène observé en Zambie

L’Ouganda n’est pas le seul pays africain touché par l’invasion de l’herbe de Kariba. En Zambie, au sud du continent, plusieurs points d’eau sont touchés. Ainsi, dans les marais de Lukanga, la communauté villageoise a formé l’association Meembe Site Support and Farmers Group. Objectif, débarrasser les marais de ces herbes qui nuisent aux cultures, à la pêche, et à la survie de la flore et de faune aquatique. Cette communauté travaille en collaboration avec le ministère zambien de la Pêche, plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) dont BirdWatch Zambie et des institutions de recherche locales, à l’instar de l’Université de Copperbelt.

Jean Marie Takouleu  

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21