LESOTHO : les retombées de la 2e phase du projet d’eau des hauts plateaux attendue en 2026

Par - Publié le / Modifié le

LESOTHO : les retombées de la 2e phase du projet d’eau des hauts plateaux attendue en 2026©Gary Saxe/Shutterstock

Le gouvernement du Royaume du Lesotho a procédé récemment au lancement de la seconde phase du Projet d’eau des hauts plateaux du Lesotho (LHWP). Il s’agit d’un important projet qui bénéficiera aussi bien au petit royaume qu’à son grand voisin sud-africain.

Les autorités du Lesotho ont lancé récemment les travaux relatifs à la deuxième phase du Projet d’eau des hauts plateaux du Lesotho (LHWP). C’est un projet binational divisé en plusieurs phases, établies par le traité de 1986 entre les gouvernements du royaume du Lesotho et de l’Afrique du Sud.

Dans sa deuxième phase, le gouvernement du Lesotho prévoit la construction d’un barrage en enrochement en béton avec un mur de 165 m. Le barrage de Polihali sera construit en aval du confluent des rivières Orange-Senqu et Khubelu, dans le district de Mokhotlong au Lesotho. Le barrage permettra la formation d’un réservoir sur le fleuve Orange et la rivière Khubelu sur une superficie de 5 053 hectares, avec une capacité totale de stockage de 2 325 millions de m3. Il sera soutenu par un barrage à selle. Il s’agit là d’une retenue auxiliaire construite pour confiner le réservoir créé par un barrage primaire, soit pour permettre une élévation et un stockage de l’eau plus élevés, soit pour limiter l’étendue du réservoir afin d’en accroître le rendement.

Le renforcement de l’approvisionnement eau en Afrique du Sud d’ici à 2026

Dans le cas d’espèce, il s’agira d’élever un point bas sur la marge du réservoir pour empêcher l’eau de contourner le barrage de Polihali. Ce barrage à selle aura une hauteur de 45 m, une longueur de crête de 603 m et une largeur de crête de 6,5 m.

Une partie de l’eau du barrage de Polihali sera transférée vers le barrage de Katse en Afrique du Sud via un tunnel. D’une hauteur de 185 m sur une largeur de 710 m, le barrage de Katse est actuellement approvisionné grâce à un tunnel qui le relie au barrage de Mohale. Il sert à l’approvisionnement en eau potable et à l’agriculture dans la province du Gauteng en Afrique du Sud, conformément aux accords de 1986 avec le Lesotho. L’Afrique du Sud qui cofinance le LHWP avec le Lesotho devrait voir les retombées du projet à partir de novembre 2026 selon Lindiwe Sisulu, la ministre sud-africaine des Établissements humains, de l’Eau et de l’Assainissement.

La composante hydroélectrique en attente…

La seconde phase du Projet d’eau des hauts plateaux du Lesotho (LHWP) comporte un volet hydroélectrique. Le gouvernement du Lesotho a d’abord opté pour la mise en place d’une centrale hydroélectrique à pompage-turbinage dans la localité de Kobong. Ce type d’installation produit de l’électricité grâce à un système qui a la particularité d’être réversible. Concrètement, la centrale fonctionne avec deux réservoirs (supérieur et inférieur). L’eau du réservoir supérieur descend dans le réservoir inférieur en faisant tourner les turbines de la centrale hydroélectrique. L’eau du réservoir inférieur est repompée pour l’approvisionnement du réservoir supérieur, et ainsi de suite. L’électricité produite à Kobong est destinée au réseau électrique national du Lesotho.

Mais la construction d’une centrale à pompage-turbinage a été suspendue officiellement à cause de la « situation économique peu favorable » au Lesotho. Le gouvernement de ce royaume d’Afrique australe opte actuellement pour une centrale hydroélectrique conventionnelle.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21