GUINÉE: la Banque mondiale et l’AFD prêtent 106 M$ pour des projets d’électrification

Par - Publié le / Modifié le

GUINÉE: la Banque mondiale et l’AFD prêtent 106 M$ pour des projets d’électrification©yuttana Contributor Studio/Shutterstock

La Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD) ont prêté 106 millions de dollars à la Guinée. Ils serviront à réhabiliter, à étendre le réseau de transport d’électricité dans le Grand Conakry et à développer l’off-grid dans les zones reculées.

C’est une opération d’envergure pour la Guinée. Ce pays d’Afrique de l’Ouest vient de recevoir près de 70 milliards de francs CFA (106 millions de dollars). Il s’agit d’un prêt de 50 millions de dollars de la Banque mondiale et d’un autre de 50 millions d’euros (56 millions de dollars) de la part de l’Agence française de développement (AFD). La validation officielle de ces accords s’est faite le mardi 2 avril 2019 à Conakry, la capitale guinéenne, entre Mamadi Camara, le ministre guinéen de l’Économie et des Finances, et les représentants de la Banque mondiale et de l’AFD.

Les fonds sont destinés à soutenir deux projets dans le secteur de l’électricité. Le premier concerne la réhabilitation et l’extension du réseau électrique de Conakry et des villes environnantes, dont Coyah, Dubréka, Manéah, Forécariah et Kindia.

Un projet à plusieurs composantes

L’accord signé entre la Banque mondiale et le gouvernement guinéen « complète les deux précédents qui ont été signés depuis les réunions du groupe consultatif en appui au secteur de l’énergie, à savoir le financement additionnel de 25 millions de dollars pour le plan de redressement du secteur de l’énergie et celui de 75 millions de dollars en appui à la réalisation de l’interconnexion Guinée-Mali, soit un total de 150 millions de dollars […]. Le présent projet vise à appuyer l’exécution du Programme national d’amélioration de l’accès à l’électricité à moindre coût de 2016 à 2020, qui a pour objectif de doubler le taux d’accès à l’électricité de 18,1 % à 36 % pendant cette période », explique Rachidi Radji, le représentant pays de la Banque mondiale en Guinée.

Le Projet de réhabilitation et d’extension des réseaux électriques de Conakry a également reçu un financement de la part du Fonds africain de développement (FAD). L’institution du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a injecté 11 millions de dollars.

Ce projet comprend deux volets dont le premier porte sur la réhabilitation et la construction de 20 km de ligne mixte et 87 km de ligne basse tension, la construction de 43 postes cabines moyenne et basse tension de 630 kVA, la réalisation de 20 000 branchements et la pose de 20 000 compteurs à prépaiement. En parallèle est inclus un appui institutionnel, avec notamment le recrutement d’un cabinet d’experts pour assurer la gestion financière de l’entreprise Électricité de Guinée (EDG), la compagnie publique de transport et distribution de l’électricité. Le redressement de cette entreprise est d’ailleurs la condition posée par la Banque mondiale et l’AFD pour le déblocage de ce nouveau financement.

Le second volet prévoit la révision du cadre règlementaire de l’électricité, notamment celui des partenariats publics privés. Une campagne de sensibilisation sera également menée sur l’efficacité énergétique et, surtout, le phénomène de vandalisme sur les réseaux de transport de l’électricité.

L’appui à l’Ager

Une partie du financement de la Banque mondiale et de celui de l’AFD est destinée à soutenir l’Agence guinéenne d’électrification rurale (Ager) responsable de l’électrification des zones reculées. Cette structure investit actuellement dans l’off-grid, une stratégie retenue par plusieurs pays africains pour l’électrification des villages. Et ça marche! En Guinée, l’électrification rurale est une urgence. Car le taux d’accès à l’électricité dans ces zones atteint à peine les 2,5 % (2016) selon le gouvernement guinéen.

Il appartiendra au gouvernement d’effectuer la répartition de l’agent reçu. Selon Banque mondiale et l’AFD, les projets guinéens réalisés grâce à ce financement de 106 millions de dollars, permettront à 82 000 ménages en milieu urbain et à 3 000 foyers en milieu rural d’accéder à l’électricité.

Jean Marie Takouleu  

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21