SAHEL : la Banque mondiale va financer un projet d’irrigation à hauteur de 25 M$

Par - Publié le / Modifié le

SAHEL : la Banque mondiale va financer un projet d’irrigation à hauteur de 25 M$ © Sylvie Bouchard/Shutterstock

La Banque mondiale (BM) vient en aide aux agriculteurs du Sahel qui souffrent du manque de précipitations pour irriguer leurs champs. Le changement climatique, qui affecte l’ensemble de la région, rend la situation très critique.

Les observateurs regardent avec beaucoup d’attention la situation au Burkina Faso. Les autorités ont publié ce lundi 7 mai 2018 les résultats de la campagne agricole 2017/2018. Selon ce bilan, la production céréalière a reculé de 11 % par rapport à l’année précédente, soit exactement 4 millions de tonnes. Si les scientifiques pointent du doigt les chenilles légionnaires, beaucoup d’autres attribuent cette chute de la production à la sècheresse qui s’est prolongée cette année.

Un effet du changement climatique donc, qui risque d’occasionner la famine dans ce pays du Sahel. Face à cette situation, plusieurs acteurs de la communauté internationale ont décidé d’agir. C’est le cas du Japon qui a annoncé qu’il allait offrir au Burkina plus de 5 000 tonnes de céréales. Mais la Banque mondiale voit plus loin, elle vient de décider d’octroyer 25 millions de dollars pour financer le projet d’irrigation du Sahel.

Cinq pays visés par le projet d’irrigation du Sahel

Le Niger fait partie des pays du Sahel les plus touchés par le manque de précipitations. Dans ce pays, il y a un réel risque de famine selon la Banque mondiale. C’est donc en toute logique qu’à Niamey, la capitale, l’institution de Bretton Woods a signé la convention de ce financement.

En réalité, c’est l’aboutissement d’une décision prise entre l’Organisation des Nations unies (ONU) et la Banque mondiale, à Dakar au Sénégal, en 2013 lors du sommet sur l’irrigation. En tout, ce sont 5 pays du sahel qui vont bénéficier de cette enveloppe de 13 milliards de francs CFA. Il s’agit du Niger, du Burkina Faso, du Sénégal, du Tchad et de la Mauritanie. Cet argent permettra d’accroitre la capacité d’irrigation de ces pays touchés par l’avancée du désert du Sahara.

Les objectifs de l’action de la banque mondial

Le premier objectif de la Banque mondiale est de prévenir la famine dans les pays bénéficiaires du financement. Mais le but, à terme, est bien d’irriguer 1 million d’hectares de terrain dans les deux années à venir. Cet objectif peut d’ailleurs être facilement atteint, surtout quand on sait que certains des pays concernés sont traversés par le fleuve Niger. Ces pays pourront également compter sur ses affluents comme la rivière Gorouol qui traverse le Burkina Faso et le Niger…

Jean Marie Takouleu

 

Tags

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21