KENYA : Cyrq Energy veut investir 300 M$ pour 330 MW d’énergie géothermique à Suswa

Par - Publié le / Modifié le

KENYA : Cyrq Energy veut investir 300 M$ pour 330 MW d’énergie géothermique à Suswa ©Dmitry Naumov/Shutterstock

Cyrq Energy, une entreprise américaine spécialisée dans la production d’énergies renouvelables, souhaite fournir 330 MW d’énergie géothermique à la localité de Suswa, dans la vallée du Rift, au sud-ouest du Kenya. Elle compte investir près de 300 millions de dollars dans ce projet.

Cyrq Energy veut exploiter de l’énergie géothermique dans la localité de Suswa, comté de Narok, dans le sud-ouest du Kenya. Une demande d’approbation a été transmise aux autorités compétentes. L’information est révélée par Business Daily Africa. L’entreprise, basée à Salt Lake City dans l’État de l’Utah aux États-Unis, veut y produire 330 MW. Une étude de faisabilité a été déjà menée sur le site.

Il en ressort que la mise en place de ce projet nécessitera un investissement de 30 milliards de shillings, soit près de 300 millions de dollars. Mais Cyrq Energy prévoit de commencer par produire 75 MW dans les deux années suivant l’approbation des autorités kenyanes. « La première phase du projet sera financée en interne, c’est-à-dire avec un mélange de capitaux propres et de dette, tandis que la dette à long terme sera garantie pour l’exécution des autres phases du projet », précise Nicholas Goodman, le président directeur général de Cyrq Energy.

Hausse de la production d’énergie géothermique au Kenya

À en croire le PDG de Cyrq Energy, une équipe technique et des experts indépendants de l’entreprise ont évalué les ressources géothermiques disponibles à l’aide d’un programme de forage et une étude qui va de la conception préliminaire à l’installation de la centrale électrique, prévue avant le début du projet. « Ces projets sont généralement conduits sur une période de 3 à 4 ans, après quoi on commence à vendre de l’électricité au service public (en l’occurrence Kenya Power) dans le cadre d’un contrat d’achat d’électricité à long terme, d’une durée de 25 ans », a-t-il précisé.

La réalisation de ce nouveau projet viendra sans doute encore booster la capacité du Kenya qui est déjà classé premier pays producteur d’énergie géothermique en Afrique. En 2018, la géothermie a rapporté plus de 17 milliards de shillings (plus de 167 millions de dollars) à Kenya Power (KenGen), l’entreprise publique responsable de la distribution d’électricité. Cela représente 58 % des recettes de la société, loin devant l’hydroélectricité qui fournit 29 % des recettes, soit 8,3 milliards de shillings, plus de 81 millions de dollars. Les recettes pour l’État devraient continuer à croître, d’autant plus que plusieurs projets sont en cours dans plusieurs comtés situés dans la vallée du Rift kenyan. C’est le cas d’OlKaria I dans le comté de Nakuru, Mont Longonot, Menengai Crater-all toujours à Nakuru et Silale dans le comté de Baringo.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21