ÉGYPTE : un prêt de 300 M€ de la Banque mondiale pour l’assainissement de l’eau

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : un programme d’assainissement reçoit un prêt de la Banque mondiale © Aynur_sib/Shutterstock

La Banque mondiale a approuvé récemment un prêt à l’Égypte. Ce financement de 300 millions de dollars est destiné à soutenir le Programme d’assainissement en milieu rural.

Pour augmenter le taux d’accès à l’assainissement en zone rurale, l’État égyptien a lancé en 2015 le Programme national d’assainissement rural. Son objectif est d’ouvrir l’accès à l’assainissement à 50 millions de personnes dans les zones les plus reculées du pays. Depuis son lancement, ce programme a permis de connecter… 167 000 ménages, soit 833 000 personnes. Ce résultat a été acquis par un système de subvention garanti par Holding Company for Water and Wastewater (HCWW), la compagnie en charge de la gestion de l’eau et de l’assainissement en Égypte.

Un résultat assez peu satisfaisant, après près de 3 ans de travail. C’est ce qui a décidé la Banque mondiale à financer une accélération programme. D’un montant total de 300 millions de dollars, le financement devrait permettre d’intensifier le les actions de raccordement afin de « tirer parti de la dynamique de décentralisation des services d’assainissement » et doubler les résultats à 345 000 ménages, soit environ 1,7 million de personnes.

Les nouvelles perspectives du programme

Le financement de la Banque mondiale permettra également la construction ou la modernisation d’installations de traitement des eaux usées pour les rendre conformes aux normes appropriées. Le programme s’appuiera sur les compagnies locales d’eau et d’assainissement pour le raccordement des ménages et la construction d’infrastructures sanitaires. L’objectif est d’autonomiser davantage les compagnies locales des eaux et d’assainissement en renforçant leurs performances opérationnelles et financières et, en fin de compte, de réussir à améliorer la durabilité du système national d’assainissement.

« Le programme vise à améliorer la performance de l’approche institutionnelle du secteur en matière de prestation de services », a affirmé le spécialiste en chef de l’eau et de l’assainissement à la Banque mondiale et chef d’équipe du programme en question, Osama Hamad. Et de poursuivre, « Nous sommes fiers de soutenir ces efforts, convaincus que les investissements dans la santé et l’éducation de la population, dans le capital humain, sont les investissements les plus importants et les plus durables qu’un pays puisse faire ».

D’autres projets d’assainissement en milieu rural

Dans les prochains mois, le Programme national d’assainissement rural va également permettre de connecter les ménages situés à proximité des voies d’eau importantes, à des systèmes d’assainissement.

Selon le ministère de l’Eau et de l’Irrigation, seuls 20 % des eaux usées étaient traitées dans les zones rurales en Égypte en 2012. Un chiffre inquiétant qui a poussé le gouvernement à lancer de nombreux projets… dont certains aboutissent à travers le pays. C’est le cas du projet d’amélioration des services d’eau et d’assainissement dans quatre gouvernorats de Haute-Égypte. Il cible particulièrement les zones rurales de ces gouvernorats classés parmi les plus pauvres du pays où les eaux usées ruissellent souvent jusque dans le Nil et dans les systèmes de canaux d’irrigation. L’Agence française de développement (AFD) a soutenu ce projet à hauteur de 57 millions d’euros. Il est prévu qu’il sera achevé fin 2019.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région