TUNISIE : avec les populations, Dream in Tunisia plante des acacias contre le désert

Par - Publié le / Modifié le

TUNISIE : avec les populations, Dream in Tunisia plante des acacias contre le désert© WOLF AVNI/Shutterstock

Dream in Tunisia, une association créée par Sarah Magida une cheffe d’entreprise tunisienne, vient de lancer un projet important : recréer de la verdure autour de Rjim Maatoug, une petite ville située à l’ouest de la Tunisie. Avec le soutien de la population locale, l’association va créer une forêt composée de 1 800 acacias.

Rjim Maatoug est peuplée de 4 900 habitants aujourd’hui. Cette petite ville a été créée dans les années ‘80 autour de la culture de dattes, un fruit très sucré et aussi très consommé dans les pays du Proche et du Moyen-Orient. Et ça marche, puisqu’en 2017, 15 000 tonnes de dattes ont été récoltées dans cette localité. Cela représente 45 millions de dinars tunisiens (plus de 13 millions d’euros). Mais depuis, la ville s’est retrouvée au centre de l’un des plus grands phénomènes climatiques du siècle, l’avancée du désert du Sahara. Les tempêtes de sable y sont très fréquentes, bloquant parfois des routes.

Aujourd’hui, des dunes de sable entourent la ville. Pour empêcher qu’elles ne finissent pas engloutir la municipalité avec ses 2 500 hectares d’oasis, il fallait agir. Et Dream in Tunisia, l’association créée par Sarah Magida, une cheffe d’entreprise tunisienne, a décidé de rêver grand : en créant une ceinture de végétation autour de la ville. Or, le rêve est en train de prendre forme, puisque l’association, soutenue par les populations locales, a commencé ce projet de régénération de la végétation.

Le soutien des populations locales

L’objectif est de planter 1 800 acacias, un arbre très résistant adapté aux zones arides. La forêt s’étendra le long d’une bande de 130 km de long, entourant les localités de Matrouha et Faouar. Dream in Tunisia fournira ensuite des citernes d’eau et des systèmes d’irrigation goutte à goutte pour favoriser la survie des jeunes acacias dans ce milieu hostile. Mais ce projet ne pourra réussir qu’avec le soutien des communautés locales. « À partir de novembre (2019), si le soutien des populations se confirme, nous allons planter 50 km de barrière d’acacias le long de la route de Rjim à Matrouha et 76 km de Rjim à Faoua », a ainsi promis le délégué de la ville.

D’autres initiatives comme celle de Dream in Tunisia ont vu le jour ces dernières années au niveau de la bande sahélo-saharienne. L’objectif est toujours de contrer ce vaste désert, qui avance lentement mais sûrement… Ainsi, 11 pays africains ont décidé de lancer le projet de la « Grande muraille verte ». L’idée est de construire une grande barrière de végétation qui doit s’étendre du Sénégal à Djibouti. En août 2018, le gouvernement irlandais a décidé de soutenir ce projet en le finançant à hauteur de 1,2 million d’euros.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21