TCHAD : des toilettes à compost, pour réduire la défécation en plein air

Par - Publié le / Modifié le

TCHAD : des toilettes à compost, pour réduire la défécation en plein air©franciscojorganShutterstock

Le jeune tchadien, Adolphe Djasrabaye, est préoccupé par la défécation en plein air, très courante dans son pays. Pour lutter contre ce phénomène, qui concerne 68 % de la population, l’ingénieur en génie civil propose des toilettes à compost. Avec zéro consommation en eau, ce dispositif adapté pour la zone sahélienne produit également un fertilisant pour l’agriculture.

Au Tchad, la défécation à l’air libre a pris des proportions préoccupantes. Selon un rapport publié en 2017 par le programme conjoint de suivi de l’Unicef et de l’OMS, environ 9 millions de personnes au Tchad, soit 68 % de la population, se soulagent dans la nature ou dans les rues.

Pour Adolphe Djasrabaye, un jeune tchadien vivant en Italie, la sensibilisation des populations et les toilettes classiques ne suffiront pas à résorber ce problème. L’ingénieur en génie civil veut vulgariser sur tout le territoire tchadien, l’usage des toilettes à compost. Encore appelées toilettes à litière (sèche) ou TLB (toilettes à litière biomaîtrisée), ce dispositif fabriqué entièrement en bois traité, utilise des procédés naturels de décomposition et d’évaporation pour recycler les déchets humains. Plus de 90 % de l’eau qui entre dans les toilettes est évaporée et transportée dans l’atmosphère par le système de ventilation. La petite quantité de matière solide restante est convertie par décomposition naturelle en fertilisant utile.

Les toilettes à compost, un dispositif adapté au contexte tchadien

Adolphe Djasrabaye est convaincu que ses toilettes à compost, baptisées Poof, représentent une solution sur mesure pour le Tchad. Ces toilettes n’utilisent pas d’eau, une denrée déjà rare en zone sahélienne. Le Poof permet aussi de valoriser les matières qui sont habituellement rejetées à l’égout, nécessitant des opérations d’épuration des eaux usées. « C’est une solution à moindre coût, non seulement pour mettre fin à la défection à l’air libre autour de N’Djaména, en zone rurale, mais aussi pour produire un fertilisant pour l’agriculture et éviter les risques de contamination des eaux souterraines », soutient l’ingénieur. Il sera d’ailleurs présent au premier salon de l’agriculture subsaharienne qui se tiendra du 12 au 15 mars 2019 à N’Djamena. Cette occasion lui permettra de présenter l’installation, le fonctionnement et les avantages d’un Poof.

Les efforts d’Adolphe Djasrabaye interviennent concomitamment à ceux déployés par le gouvernement. Le directeur de l’assainissement, Inagbet Padaket, a lancé le 9 janvier 2019 dans la province du Chari-Baguirmi au sud du Tchad, une campagne de vulgarisation concernant l’opération « Tchad sans défécation à l’air libre ». L’élaboration de ce programme découle de la volonté du gouvernement de souscrire aux objectifs de développement durable, en éradiquant la défécation à l’air libre, d’ici 2030.

Boris Ngounou

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21