SÉNÉGAL : les militants écologistes interpellent les candidats à la présidentielle

Par - Publié le / Modifié le

SÉNÉGAL : les militants écologistes interpellent les candidats à la présidentielle©NiyazzShutterstock

Les cinq candidats à la présidentielle Sénégalaise du 24 février 2019 doivent situer les questions environnementales au centre de leurs promesses de campagne. C’est en tous cas le vœu formulé par Ndougoumaan. L’association pour la défense, la protection et la sauvegarde écologique du site Ndoungouman et alentours a lancé une campagne de sensibilisation à l’attention des potentiels futurs présidents de la République.

L’association Ndougoumaan se focalise sur le chantier de construction du port de Ndayane-Yenne, situé à 45 minutes de la capitale Dakar, pour attirer l’attention des potentiels futurs présidents du Sénégal, sur les enjeux et défis de la protection de l’environnement. Les cinq candidats à la présidentielle du 24 février 2019 sont conviés à une visite guidée sur le site de construction du port qui focalise la polémique.

Ce chantier nécessitera une surface 1 800 hectares, impliquant la disparition de nombreuses structures existantes, notamment l’hôtel Fleur de Lys et l’école de danse africaine Écoles des Sables. Toutes choses qui, aux yeux de l’association pour la défense, la protection et la sauvegarde écologique du site Ndoungouman et alentours, représentent également une démesure désastreuse. Mais, pour l’association qui milite pour la protection de l’environnement au Sénégal, ce projet est surtout synonyme de destruction du littoral et de ses zones de pêche, d’expropriation des populations sans garantie de création d’emplois locaux, de pollution d’un écosystème rare aux multiples potentiels touristiques et agricoles. En avril 2018, l’association avait déjà appelé les populations à refuser ce projet. Désormais, elle interpelle directement les candidats à la présidentielle du 24 février 2019.

La défense et la protection des sites écologiques figurent parmi les priorités

Dans la liste des exigences environnementales adressées à l’attention de ceux qui aspirent à diriger le Sénégal, l’association Ndoungouman évoque la défense et la protection des sites écologiques sur toute l’étendue du territoire national.

À ce sujet, il semble que le Sénégal soit devenu le théâtre d’une réelle crise écologique, dont il est difficile d’établir et de dater les causes. Il est cependant acquis que l’activité de l’homme en est la première explication. La forte croissance démographique du pays a diminué par quatre sa biocapacité en 50 ans, de 1961 à 2011. Les pollutions (air, eau, sites) sont importantes. La gestion des déchets est encore embryonnaire, les rejets ou incinérations à feu ouvert (à basse température, avec émissions de polluants toxiques) encore trop nombreux.

C’est dans ce contexte qu’interviennent les associations et les fondations : pour relever le défi que constitue la gestion des ressources naturelles et de l’environnement. Pour ces dernières, il est indispensable d’établir un contact fécond avec tous les acteurs qui ont comme mission d’œuvrer à l’amélioration du quotidien des populations.

Ainsi, l’association Ndoungouman assure que ses différentes actions de mobilisation ont déjà permis d’ouvrir un débat local et même national sur les urgences environnementales. Elle note cependant qu’il s’agit ici d’un combat dont l’issue est encore incertaine. L’association exprime des besoins financiers, afin de poursuivre la lutte, à travers la sensibilisation des acteurs locaux sur le terrain, la médiatisation de ses actions et pour attirer l’attention d’influenceurs nationaux et internationaux qui pourraient servir sa cause.

Boris Ngounou

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21