NIGER : SNTC lance une mini-adduction d’eau potable à Galmi, dans le cadre de Pehanmu

Par - Publié le / Modifié le

NIGER : SNTC lance une mini-adduction d’eau potable à Galmi, dans le cadre de Pehanmu ©africa924/Shutterstock

Le village de Galmi se dote d’une mini adduction d’eau potable (AEP). Construite par la Société nigérienne de travaux civils, SNTC, elle alimentera plus de 27 000 personnes en eau potable.

C’est fait. Une mini adduction d’eau potable (AEP) vient d’être inaugurée à Galmi, un village situé dans le département de Malbaza, dans le sud du Niger. Sa mise en service a fait l’objet d’une cérémonie en présence du Premier ministre, Brigi Rafini, accompagné de plusieurs autres ministres du gouvernement du Niger et du représentant de la Banque mondiale. La construction de cette mini-AEP est l’œuvre de Société nigérienne de travaux civils (SNTC).

L’AEP est constituée d’un forage d’une profondeur de 500 m. L’eau est pompée et acheminée dans un château d’une capacité de 500 m3. SNTC estime que cette installation a une capacité journalière de 2 000 m3, avec des besoins des populations de la localité estimés à 1 936 m3. Cette installation devrait permettre d’alimenter 27 800 personnes vivant dans 14 villages environnants. L’eau sera acheminée grâce à 150 branchements sociaux et 27 bornes-fontaines. La mise en place de ces équipements a généré un coût global de 1,8 milliard de francs CFA, soit plus de 2,7 millions d’euros.

Le soutien de la Banque mondiale

Le financement de la mini adduction d’eau potable dans le village Galmi a été financé par l’État du Niger avec le soutien de la Banque mondiale. La construction de l’infrastructure s’inscrit dans le cadre du Projet eau, hygiène et assainissement en milieu urbain (Pehamu). L’objectif est d’étendre l’accès à des services pérennes d’alimentation en eau et d’assainissement dans les zones urbaines, dans le but d’atteindre l’Objectif de développement pour le millénaire relatif à l’alimentation en eau et l’assainissement en milieu urbain. Les activités du Pehamu ont également des impacts sur les terres et les moyens de subsistance.

Ce projet va permettre de financer un certain nombre de sous-projets communautaires de petite taille qui seront identifiés et planifiés par les communautés, avec l’appui des équipes de soutien financées par le projet, puis soumis aux autorités locales pour approbation de financement. C’est le cas de la mini-AEP à Galmi.

Selon le gouvernement du Niger, l’intervention du Pehamu sera bénéfique pour les populations puisqu’il s’agit de réhabiliter et de construire des châteaux d’eau, des ouvrages de captage, d’adduction et de branchements particuliers, ainsi que de fournir et de poser des branchements sociaux, de renouveler des réseaux vétustes, de construire des latrines et des édicules publics.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région