NAMIBIE : décentraliser pour une meilleure gestion de l’eau et de l’assainissement

Par - Publié le / Modifié le

NAMIBIE : décentraliser pour une meilleure gestion de l’eau et de l’assainissement ©Rdonar/Shutterstock

Le gouvernement namibien s’engage dans la décentralisation du service d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement en milieu rural. Objectif, mieux gérer ce service qui est vital pour les Namibiens trop souvent privés de la ressource.

« La direction de certains services de recherche, de mise en place d’infrastructures, et d’approvisionnement en eau et l’assainissement en milieu rural ne vont plus être gérés depuis Windhoek (la capitale de la Namibie). Ces différents services ont été décentralisés vers les régions sous l’égide des conseils régionaux », a annoncé Joseph Hailwa, directeur du ministère de l’Agriculture, de l’Eau et des Forêts en Namibie. Et s’il s’exprime ainsi sur ce sujet, c’est qu’il vient d’être nommé au poste de chargé de la décentralisation des fonctions d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement en milieu rural en Namibie.

Désormais, chaque conseil régional gèrera l’approvisionnement en eau potable dans les zones rurales de manière décentralisée, à l’exception de la région de Khomas où le service sera directement géré par le gouvernement central. C’est dans cette région que se trouve Windhoek, la capitale de la Namibie. Ce transfert de compétences se fera de façon progressive, puisque le ministère de l’Agriculture, de l’Eau et des Forêts continuera d’assurer le suivi, le contrôle et la planification des différentes politiques. Cette mission sera appuyée par une équipe qui se rendra dans les régions pour constater la « bonne gestion de l’eau et de l’assainissement en milieu rural et surtout pour le maintien des normes en vigueur ».

« Le ministère sera responsable de la coordination du budget, y compris pendant les discussions parlementaires. Une fois le budget arrêté, les fonds opérationnels pour les services décentralisés seront transférés aux conseils régionaux, qui en disposeront dans le respect les procédures prévues par la loi en vigueur », explique Joseph Hailwa. Selon le gouvernement namibien, cette décision de rendre les régions autonomes en matière de gestion de l’eau et de l’assainissement en milieu rural résulte de la prise de conscience de la situation dans les zones reculées.

Selon la direction de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement en milieu rural, 20 % de personnes n’ont pas accès à ces services dans les différents villages du pays. La même direction espère que la nouvelle décision du gouvernement namibien va permettre de « réduire ce chiffre ». Une volonté affichée que les autorités veulent étendre à la gestion des forêts du pays. L’agriculture suivra également, « au cours des prochains exercices budgétaires », espère Joseph Hailwa.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région