NAMIBIE : Altereo et NamWater s’allient pour la gestion de l’eau à Keetmanshoop

Par - Publié le / Modifié le

NAMIBIE : Altereo et NamWater s’allient pour la gestion de l’eau à Keetmanshoop ©Rdonar/Shutterstock

La société française Altereo et NamWater, l’entreprise publique responsable de la distribution de l’eau potable en Namibie viennent de signer un accord de partenariat pour la gestion de l’approvisionnement en eau dans la ville de Keetmanshoop. La France va subventionner ce projet à hauteur de 12 millions de dollars.

Namwater, l’entreprise publique responsable de la gestion de l’eau en Namibie s’allie à Altereo, une société française spécialisée dans l’ingénierie de l’eau, de l’environnement et plus largement du développement durable. Elles vont désormais gérer ensemble l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Keetmanshoop. Un accord liant les deux entreprises a été signé récemment dans cette ville située au sud de la Namibie.

Dans un premier temps, les deux entreprises vont travailler à l’élaboration d’un plan directeur du réseau de distribution de l’eau potable pour la municipalité de Keetmanshoop. Le réseau est vétuste, car vieux de 40 et 50 ans. Les ruptures de tuyaux sont très fréquentes, occasionnant des fuites qui ont « un impact très négatif sur la situation financière de la ville de Keetmanshoop ». « La municipalité doit payer près de 700 000 dollars namibiens (plus de 50 000 dollars américains) par mois à NamWater pour des fuites d’eau occasionnées par des ruptures de conduites. La plupart du temps, cela se produit pendant la nuit », explique Gaudentia Kröhne, la maire de Keetmanshoop.

La finance de la France

Selon Claire Bodonyi, l’ambassadrice de France en Namibie, le travail d’Altereo et Namwater pourrait permettre de réduire les coûts d’exploitation de l’eau, diminuer la pression sur le système pendant les périodes de pointe et assurer une meilleure perception publique des services d’eau. Pour atteindre cet objectif de rénovation du système d’approvisionnement en eau potable, il faut nécessairement des investissements.

La France a annoncé dans la foulée qu’elle allait soutenir le projet à hauteur de 12 millions de dollars. Cet argent devrait contribuer non seulement à la remise en l’état des différentes installations d’eau de ville, mais également à donner un nouveau visage au réseau de canalisation qui permet l’acheminement de l’eau jusqu’à la ville Keetmanshoop. Cette eau est pompée depuis le barrage de Naute. D’une capacité de 60 millions de m3, celui-ci est construit sur la rivière Fish, dans la région de Karas, comme la ville de Keetmanshoop.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région