MAROC : Tanger choisit Averda pour valoriser ses déchets pendant 20 ans

Par - Publié le / Modifié le

MAROC : Tanger choisit Averda pour la valorisation de ses déchets pour 20 ans©Jen Watson/Shutterstock

Averda, une entreprise basée aux Émirats arabes unis, vient d’être choisie par la municipalité de Tanger pour la valorisation de ses déchets. Le contrat, signé pour 20 ans, prévoit qu’elle investisse près de 92 millions d’euros…

Averda Maroc, une filiale d’Averda, une entreprise basée à Dubaï aux Émirats arabes unis vient de signer un contrat avec la ville de Tanger. Durant les 20 prochaines années, l’entreprise, qui emploie 3500 personnes dans le royaume chérifien, traitera les déchets de cette ville de plus d’un million d’habitants, située au nord du Maroc. Pour mener à bien ses activités, elle compte investir 1 milliard de dirhams marocains, soit près de 92 millions d’euros.

Cet investissement sera consenti notamment pour la mise en place d’un site « ultra-moderne » composé d’un centre de traitement des déchets, d’un centre de compostage des déchets organiques, d’un centre de stockage et d’unités de récupération du biogaz et de traitement des lixiviats. Une partie du biogaz issu du traitement des déchets devrait permettre de produire de l’énergie nécessaire au fonctionnement des installations.

Averda attendue au pied du mur ?

« Nous sommes fiers et heureux de déployer nos services au Maroc et d’y implanter ce site ultramoderne. … Nous croyons profondément au potentiel de Tanger et nous sommes honorés d’accompagner le Maroc dans son développement », se réjouit Malek Sukkar, président-directeur général de Averda. Après les réjouissances, il faudra cependant passer aux choses sérieuses.

Car la réhabilitation de la décharge de Tanger n’est pas une mince affaire. Située située dans la commune Menzla à 30 km au sud de la ville, et établie sur une superficie de 200 hectares, elle a été créée en 2016. Pour traiter les déchets de la ville de Tanger, mais aussi pour satisfaire d’autres villes à proximité comme Asilah, Gzénaya, des cités balnéaires de la Forêt diplomatique ou encore la ville nouvelle d’Ibn Battouta.

Problème, depuis sa création, la décharge de Menzla n’a jamais véritablement fonctionné. Conséquence, en juin 2018, les odeurs et les émanations de la décharge empestent l’air de la ville de Tanger. L’affaire fait grand bruit dans tout le détroit. Mais Averda s’est préparé à relever le défi, d’autant qu’elle compte recruter 200 personnes pour traiter les déchets de la décharge de Menzla. Les premiers résultats devraient apparaître au cours des prochains mois.

Jean Marie Takouleu 

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter