MAROC : le projet « Du paysage déserté au pays sage reboisé », a été primé à Paris

Par - Publié le / Modifié le

MAROC : le projet « Du paysage déserté au pays sage reboisé », remporte un prix à Paris©dar_cropped

« Du paysage déserté au pays sage reboisé », un projet de production d’eau potable à partir du brouillard a obtenu le 3 juillet 2018 à Paris, le Prix « Suez — Institut de France » dans la catégorie « Accès aux services essentiels ». Un prix décerné tous les deux ans par la Fondation Suez et l’Institut de France. Il récompense des projets et des innovations qui contribuent à développer les services de l’eau, de l’assainissement et la gestion des déchets dans les pays en développement.

Dar Si Hmad a empoché une enveloppe de 50 000 euros. L’ONG marocaine à but non lucratif s’est vu décerner le prix « Suez — Institut de France », pour son projet intitulé « Du paysage déserté au pays sage reboisé ». C’est dans la catégorie « Accès aux services essentiels » que le prix a été décerné, car les travaux de Dar Si Hmad, établissent un lien entre la recherche appliquée et les projets opérationnels de développement. De 2011 à 2016, ce projet qui consiste à collecter de l’eau à partir du brouillard, a permis à près de 1 200 personnes vivant en zone déserte, d’avoir un accès continu à de l’eau potable, de l’ordre de 7 à 26 litres par jour.

Une technologie de « CloudFishers » (filets attrape-nuages)

Dans la région d’Ait Baamrane, dans le Sud-ouest marocain, d’immenses filets fixés sur les cimes des montagnes de Boutmezguida, s’érigent vers le ciel, et se fondent dans le brouillard. Ce décor pourrait faire croire qu’il s’agit d’une œuvre d’art contemporaine, mais pourtant il n’est pas question de cela. C’est plus tôt un astucieux et innovant projet imaginé par l’ingénieur Peter Trautwein, de la fondation allemande pour l’eau. Son nom : Cloudfisher ! En français, filets attrape-nuage. Une unité de CloudFisher produit 22 litres d’eau par jour et par mètre carré. Pour une surface de 870 m², une moyenne quotidienne de 20 tonnes d’eau peut être moissonnée à partir du brouillard.

Au-delà de l’apport en eau, dans cette région marocaine non connectée au réseau national d’eau potable, le projet « Du paysage déserté au pays sage reboisé », lancé en 2011 par Dar Si Hmad, a amélioré d’autres pans de la vie sociale. La désertification rurale et la dégradation des sols sont combattues, à travers des opportunités de vie, tels le reboisant et la création des espaces humides de production fruitière, et de plantes aromatiques et médicinales. Des initiatives qui ont contribué à redonner confiance aux habitants en exploitant les connaissances qu’ils ont de leur écosystème et des techniques ancestrales.

Dar Si Hmad, créée en 2010, est une ONG marocaine, dont les missions sont tournées vers l’éducation, l’intégration et l’utilisation d’ingéniosité technologique. Sa vision : promouvoir la culture locale dans des communautés à faibles revenus du sud-ouest du Maroc, et créer des initiatives durables afin de les aider à apprendre et à prospérer.

Boris Ngounou

Pays

Plus sur le même thème

Plus dans la même région