KENYA : Wartsila va construire deux parcs solaires pour deux producteurs privés

Par - Publié le / Modifié le

MALAWI : les travaux de construction de la centrale solaire de Kanzimbe sont lancés ©Mark Agnor/Shutterstock

L’énergéticien finlandais, Wartsila, va construire deux parcs solaires au Kenya. Ces contrats EPC ont été obtenus par Wartsila Eastern Africa Limited, sa filiale en Afrique de l’Est. Ces projets appartiennent à deux producteurs privés d’énergie renouvelable.

Au Kenya, on connait l’entreprise finlandaise Wartsila pour avoir fournir des turbines à diesel pour quatre projets thermiques d’une capacité totale de 450 MW. Mais depuis, le pays a tourné le dos à cette source d’énergie bien trop coûteuse et polluante. Elle mise désormais sur l’énergie géothermique, le solaire et l’éolien. Wartsila revient désormais donc dans ce pays d’Afrique de l’Est via sa filiale locale Wartsila Eastern Africa Limited. Mais avec une offre repensée.

La société vient en effet de remporter deux contrats d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction (EPC) pour deux projets solaires. Le premier se trouve à Kesses, à l’ouest du pays. Ce projet est développé par Alten Kenya Solarfarms, filiale d’Alten Renewable Energy Developments BV, une entreprise néerlandaise. Wartsila construira ce parc qui disposera d’une capacité de production de 40 MW. Les travaux devraient commencer après le bouclage du plan de financement de ce projet, en mars 2019.

Les premiers pas de Wartsila dans le solaire en Afrique de l’Est

Wartsila devrait fournir en tout près de 160 000 panneaux pour le projet de Kesses. Ils seront montés sur des suiveurs solaires. La particularité de ce système est qu’il oriente en permanence les panneaux, suivant la direction du soleil. C’est donc un système qui maximise la production journalière.

L’entreprise, qui emploie plus de 18 000 personnes à travers le monde, va également construire une sous-station de 33/220 kV sur le site, pour la connexion au réseau national. La sous-station électrique va servir à transformer la puissance de moyenne tension (33 kV) en haute tension (220 kV) pour la connexion au réseau. Coût total du projet, 10 millions de dollars.

Le deuxième projet se trouve à Lamu, un comté situé sur la côte kenyane. Celui-ci permettra également de produire 40 MW. Il est développé par une entreprise chinoise, enregistrée localement sous le nom de Kenya Solar Energy Limited (Kensen), qui est encore en pourparlers avec Kenya Power (Kengen), l’entreprise publique responsable de la distribution de l’électricité. Les négociations achoppent encore sur le tarif d’achat d’électricité. Ce projet devrait être financé via un prêt du gouvernement chinois.

Selon George Oywer, directeur du développement commercial chez Wartsila Eastern Africa Limited, il s’agit du premier projet solaire de la société en Afrique de l’Est. Une expérience qui pourrait se renouveler puisque les projets solaires se multiplient au Kenya.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région