KENYA : le premier aéroport solaire d’Afrique de l’Est verra le jour en 2019

Par - Publié le / Modifié le

KENYA : le premier aéroport solaire d’Afrique de l’Est verra le jour en 2019©Sebastian Noethlichs/Shutterstock

L’aéroport international Moi de Mombasa, sera le premier aéroport d’Afrique de l’Est, alimenté à l’énergie solaire. C’est tout l’objet d’un contrat que vient de décrocher la société Solarcentury, pour l’installation d’une centrale photovoltaïque dans le deuxième aéroport du Kenya. Les travaux qui devront être achevés dans un délai de 10 mois, s’inscrivent dans le cadre du programme de « renforcement des capacités pour la réduction des émissions de CO2 de l’aviation internationale », mise en œuvre par l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci).

Solarcentury, une compagnie britannique spécialisée dans la conception et la fourniture de produits et solutions photovoltaïques intégrés au bâtiment, vient de remporter un important marché au Kenya. L’entreprise fondée au Royaume Uni en 1998, va installer d’ici 2019, une centrale solaire photovoltaïque, à l’aéroport international Moi (du nom de Daniel Arap Moi, président du Kenya de 1978 à 2002). La plateforme aéroportuaire de Mombasa, île située au sud-est du Kenya, deviendra ainsi le premier aéroport solaire de la sous-région Afrique de l’Est.

Le projet prévoit l’installation d’un système photovoltaïque (PV) au sol de 500 kW au sol, qui générera 820 000 kWh par an et compensera 1 300 tonnes de CO₂ par an.

Solarcentury installera également un équipement d’électrification des portes d’aéroport composé d’un bloc d’air conditionné mobile alimenté électriquement et d’un convertisseur GPU (unité d’alimentation électrique au sol à 400 Hz), ainsi que d’un important accumulateur de batterie fournissant une alimentation ininterrompue au Pre-conditioned air (PCA), en cours d’utilisation.

«C’est un projet passionnant pour Solarcentury, car il annonce non seulement que le premier aéroport international d’Afrique de l’Est se tourne vers le stockage solaire photovoltaïque et sur batterie, mais il implique également l’ajout du PCA et du processeur graphique. Permettant ainsi aux avions qui atterrissent de compenser toutes leurs émissions de carbone au sol. » A déclaré Guy Lawrence, Directeur de Solarcentury en Afrique de l’Est.

Solarcentury assure que les travaux sur le site prendront 10 mois. L’entreprise assurera par la suite, deux années d’exploitation et de maintenance du système et mettra en place deux kiosques éducatifs à l’intérieur du terminal pour fournir au public les informations en temps réel sur la puissance de sortie et les réductions d’émissions de carbone sur la durée de vie du système.

L’aéroport solaire de Mombasa, une initiative de l’Oaci

L’équipement solaire de l’aéroport international Moi de Mombasa fait l’objet d’un contrat, que Solarcentury a signé le 30 octobre 2018, avec l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci). Le projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative intitulée «Renforcement des capacités pour la réduction des émissions de CO2 de l’aviation internationale», portée par l’Oaci, et financé à hauteur de 6,5 millions d’euros par l’Union européenne. Le programme couvre 14 pays, soit douze de la région d’Afrique de l’est et deux de la région des Caraïbes. « La mise en œuvre de ce projet, est un bon exemple concernant la manière de réduire les émissions de CO2 et de parvenir à une plus grande durabilité dans le secteur de l’aviation, en utilisant les technologies des énergies renouvelables. Les États membres de l’Oaci ont tout intérêt à se lancer dans ces projets et la disponibilité de fonds provenant de partenaires permettra à l’Oaci d’appuyer leur réplication à l’échelle mondiale » a déclaré Jane Hupe, directrice adjointe de l’environnement à l’Oaci.

Institution spécialisée des Nations Unies, l’OACI a été créée en 1944 pour promouvoir le développement sûr et ordonné de l’aviation civile internationale dans le monde. Il établit, entre autres priorités, les normes et réglementations nécessaires pour la sécurité, l’efficacité, la capacité et la protection de l’aviation. L’organisation sert de forum de coopération dans tous les domaines de l’aviation civile parmi ses 192 États membres.

Boris Ngounou

Plus sur le même thème

Plus dans la même région