KENYA : le japonais Meiwa transforme les déchets en biochar pour fertiliser les sols

Par - Publié le / Modifié le

KENYA : le japonais Meiwa transforme les déchets en biochar pour fertiliser les sols

L’entreprise japonaise Meiwa vient de signer un accord avec les autorités du comté de Meru au centre du Kenya, pour la transformation des déchets en fertilisant pour l’agriculture.

C’est avec le gouverneur du Meru, Kiraitu Murungi, que les responsables de Meiwa ont signé un accord pour la valorisation des déchets dans ce comté peuplé de plus de 240 000 habitants. L’entreprise japonaise compte installer, dans cette région du centre du Kenya, une unité de transformation des déchets en fertilisants organiques pour le sol. Concrètement, l’entreprise va traiter les boues de vidanges, les déchets alimentaires, de la sciure de bois, les déchets agricoles, du fumier d’animaux ou encore de la jacinthe d’eau.

Tous ces déchets organiques serviront à produire du biochar (bio and charcoal). Il s’agit d’un mélange de bois et de ces autres déchets pilés qu’on utilise généralement dans les régions arides ou tropicales. En plus d’être un très bon fertilisant, le biochar sert également à restaurer les sols et à y fixer le carbone. Dans certains cas, il peut être utilisé comme combustible pour limiter la pression sur les forêts anciennes. Le biochar que va fabriquer Meiwa sera utile pour les agriculteurs dans les zones semi-arides telles que Tigania Est et Ouest, Buuri, Igembe et certaines parties de Imenti Central…

Un projet financé par JICA

Avant de décider de l’implantation de son unité de transformation dans le comté de Meru, Meiwa a réalisé une étude de faisabilité qui s’est révélée concluante, selon Lucy Koyama, chargée des affaires de l’entreprise pour l’Afrique. Elle a révélé avoir également fait réaliser des études sur la quantité de déchets générés dans le comté de Meru. « Notre équipe a évalué le potentiel de différentes sources de biomasse entrantes et la capacité du biochar à optimiser la production de fruits et légumes », explique-t-elle. Et de poursuivre, « nous allons prochainement mener des recherches sur les effets bénéfiques du biochar sur la culture de café et le thé, entre autres… »

Dans la région de Meru, plusieurs agriculteurs produisent du thé destiné à l’exportation, une culture importante pour l’économie du Kenya. Le pays est le premier exportateur mondial, et troisième producteur derrière la Chine et l’Inde. Rien d’étonnant donc à ce que le gouverneur de Meru Kiraitu Murungi ait déclaré que le gouvernement du comté faciliterait le travail de l’entreprise sur le terrain.

L’usine pilote sera construite à Meru, avec l’aide de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). L’entreprise japonaise prévoit de multiplier les usines sur d’autres comtés du Kenya. Mais il reviendra aux gouvernements locaux d’allouer des fonds pour leur installation. Meiwa compte se servir du Kenya comme base arrière pour conquérir l’Afrique de l’Est.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21