GHANA : Jiangxi Zhongmei met en service plus de mille forages d’eau potable

Par - Publié le / Modifié le

GHANA : Jiangxi Zhongmei met en service plus de mille forages d’eau potable © Dennis Wegewijs/Shutterstock

L’entreprise chinoise Jiangxi Zhongmei Engineering Construction Company Limited vient de mettre en service 1 029 forages dans plusieurs régions au Ghana. Ce projet financé par le gouvernement, avec l’aide du gouvernement chinois, a coûté 20 millions de dollars.

La ministre ghanéenne de l’Assainissement et des Ressources en eau, Cecilia Abena-Dapaah, a procédé récemment à l’inauguration de 1 029 forages au Ghana. Il s’agit d’un projet de son département ministériel qui a été confié à l’entreprise chinoise, Jiangxi Zhongmei Engineering Construction Company Limited. Elle avait commencé les travaux en 2015.

Parmi les 1 029 forages désormais fonctionnels, 52 ont été équipés de pompes électriques, 976 de pompes manuelles et un forage solaire a été installé à Asante Akyem Nord, dans la région d’Ashanti (au centre-sud). L’ensemble est disséminé sur tout le territoire : 182 forages ont été construits dans la partie supérieure est du Ghana, 148 dans la région de la Volta, 13 dans le Grand Accra, 155 dans la région du Nord du, 146 dans le Brong Ahafo, 162 dans la région de l’Est, 148 à Ouest, 28 dans la région Ashanti et 10 dans le centre. Selon Jiangxi Zhongmei, chaque forage desservira plus de 300 personnes. Globalement, 500 000 personnes bénéficient ainsi de l’accès à l’eau potable, selon le gouvernement ghanéen.

La réalisation de ce projet a coûté en tout 20 millions de dollars. Le financement a été assuré par le gouvernement ghanéen avec le soutien de la Chine. Lors de la cérémonie d’inauguration de ces infrastructures, la ministre a laissé entendre que le gouvernement prévoyait de construire en tout 25 000 forages à travers tout le Ghana. Jiangxi Zhongmei sera certainement de la partie pour la suite de cet important projet.

Mais en Afrique, l’entreprise ne réalise pas seulement des projets d’eau potable. En novembre 2018, le permis d’exploitation lui a été retiré par l’Autorité nationale de gestion de l’environnement (Nema), pour une carrière de pierre à Makwabuye et Butali, deux localités situées à l’ouest du Kenya. Selon Nema, les dynamites que l’entreprise utilise, causeraient de très gros dégâts, aussi bien sur l’environnement que sur les populations locales. Certains habitants ont vu leurs maisons détruites par des morceaux de pierre à cause des explosions à la dynamite.

Jean Marie Takouleu

Catégories

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21