ÉGYPTE : l’extension de la station d’épuration d’El Gabal El Asfar bientôt inaugurée

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : l’extension de la station d’épuration d’El Gabal El Asfar bientôt inaugurée©SKY2015/Shutterstock

La capacité de la station de traitement des eaux usées d’El Gabal El Asfar va bientôt être étendue grâce à un projet en cours. Moustafa Madboli, Premier ministre et ministre égyptien du Logement, l’a confirmé à l’issue d’une visite d’inspection sur site.

Les travaux d’agrandissement sont en phase de finalisation, en ce moment même, sur le site de la station d’épuration d’El Gabal El Asfar à l’est du Caire. Pour s’assurer du « bon déroulement » du projet, le Premier ministre et ministre égyptien du Logement, Moustafa Madboli, s’est rendu sur place. Selon lui, les travaux de cette deuxième phase du projet sont déjà achevés, ainsi que la phase test qui a déjà été effectuée. Ce projet devrait donc être inauguré bientôt.

Il s’agit de l’augmentation de la capacité de production de l’usine existante, de l’ordre de 500 000 m3 d’eaux usées par jour. Aujourd’hui, sa capacité est limitée à 1,4 million de m3 par jour. Cette extension fera de la station d’El Gabal El Asfar la plus grande d’Afrique. La ville du Caire compte en tout 9,7 millions d’habitants. On estime qu’avec le projet d’extension de l’usine, c’est la moitié de la population qui profitera du service rendu par l’usine.

Le soutien des partenaires au développement

Pour Randa el Minshawy, le vice-ministre du Logement qui faisait partie de la délégation ayant visité l’usine, des équipements électromécaniques modernes dans le domaine de l’épuration des eaux usées ont été installés dans l’usine. « L’objectif du projet est d’augmenter la capacité de traitement des eaux usées de la station d’épuration d’El Gabal El Asfar, en conséquence de l’augmentation du débit des eaux usées due à la croissance démographique, contribuant ainsi à améliorer l’environnement des eaux et l’assainissement dans le grand Caire », précise-t-il.

Dans les prochaines semaines, ou les prochains mois, les boues issues du traitement des eaux usées permettront de produire du biogaz, qui servira à générer de l’électricité. Selon la Construction Authority for Potable Water and Wastewater (CAPW), cette énergie servira à couvrir 60 % des besoins de l’usine. Ce projet a reçu le soutien de deux partenaires au développement : la Banque africaine développement (BAD) et l’Agence de coopération internationale du Japon (Jica). L’exploitation et la réhabilitation de l’usine de traitement des eaux usées d’El Gabal El Asfar sont actuellement assurées par un consortium constitué de Suez Environnement, filiale du groupe français Suez, et des entreprises égyptiennes DHCU, ARCOM et ICAT. Ce contrat prend fin en 2019.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région