ÉGYPTE : le gouvernorat de Qalyubiya veut produire de l’énergie avec ses déchets

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : le gouvernorat de Qalyubiya veut produire de l’énergie avec ses déchets ©franz12/Shutterstock

Une usine de recyclages des déchets va voir le jour à Qalyubiya, un gouvernorat situé au nord-est de l’Égypte. Les déchets vont permettre de produire de l’électricité.

Le gouvernorat de Qalyubiya va se doter d’une usine d’incinération des déchets avec récupération d’énergie. L’annonce est faite par Alaa Abdel Halim, le gouverneur de cette région située au nord-est de l’Égypte. Sans en révéler le nom, il affirme qu’une entreprise a déjà été choisie pour la construction de cet incinérateur qui devrait permettre d’absorber quotidiennement 40 000 tonnes de déchets.

L’usine d’incinération arrive à point nommé dans un gouvernorat où les décharges se multiplient avec la croissance de la population. Selon Alaa Abdel Halim, les discussions sont également en cours avec l’entreprise responsable de la mise en place de ce projet pour la conception d’une application pour smartphone qui devrait permettre mieux gérer les déchets dans cette région qui compte plus de 5,7 millions de personnes.

Idéalement, une fois installée sur un smarphone, la plateforme devrait permettre de signaler la présence d’un tas de déchets en ville en envoyant les photos et quelques précisions sur le quartier. Les équipes responsables du nettoyage de la ville devront faire le reste. Une telle application est déjà en cours de test dans la grande ville du Caire. Elle s’appelle « Dawar » et devrait être intégrée à un vaste système de gestion des déchets municipaux. Seule différence avec celle de Qalyubiya, le gouverneur souhaite que l’utilisateur puisse renvoyer une photo pour montrer que la rue a effectivement été nettoyée.

La construction d’une usine d’incinération des déchets à des fins de production d’électricité n’est pas le seul projet en cours dans le gouvernorat de Qalyubiya. En mai 2018, Khaled Fahmy, le ministre de l’Environnement avait annoncé un plan pour l’élimination des décharges d’ordures les plus dangereuses dans les gouvernorats du Caire, de Qalyubia, de Monufiya, de Daqaliya, et de Gharbia. Il s’agit tout simplement fermer les décharges pour en créer d’autres, plus modernes, dans les zones éloignées comme le désert d’Obour, toujours dans le nord-est de l’Égypte. Ce projet devrait s’étaler sur une année.

Le gouvernement égyptien mise aussi sur le recyclage avec l’acquisition en mai 2018, d’équipements pour l’établissement d’un nouveau système de gestion des déchets dans les gouvernorats de Kafr Al Sheikh, Qena, Assiut et Gharbiya. Ces équipements ont coûté 300 millions de livres égyptiennes, près de 17 millions de dollars.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21