ÉGYPTE : Darshal investit 53 M$ pour développer le marché des voitures électriques

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : Darshal investit 53 M$ pour développer le marché des voitures électriques ©Scharfsinn/Shutterstock

Darshal, une entreprise locale, a décidé de développer le marché des véhicules électriques en Égypte. Elle a par ailleurs signé des partenariats avec Dongfeng Motor Corporation et Vasworld Power Cooporation Limited, deux entreprises chinoises.

L’Égypte fait partie des plus gros producteurs d’énergie électrique en Afrique avec plus de 193 000 GWh installés en 2017. Selon la Banque mondiale, le pays a atteint un taux d’accès à l’électricité de 100 %. De plus, l’Égypte se tourne désormais largement vers les énergies renouvelables, en lançant notamment des programmes Benaban de centrales solaires, et encourage les investissements privés dans ce secteur. Un tel développement pourrait intéresser les promoteurs de véhicules électriques. Mais il y a comme une sorte de timidité sur ce secteur, même si on compte déjà quelques utilisateurs de ces voitures à batterie dans le pays des pharaons.

Cela pourrait changer avec l’entrée en jeu de Darshal, une entreprise égyptienne qui fait la promotion des voitures fonctionnant uniquement avec des batteries électriques. Celle-ci a annoncé avoir signé des accords de partenariat avec Dongfeng Motor Corporation et Vasworld Power Cooporation Limited, deux entreprises chinoises. L’une produit des voitures électriques et l’autre des batteries. « Les nouveaux véhicules électriques entreront enfin sur le marché égyptien qui détient un gros potentiel, avec son pouvoir d’achat élevé et sa situation unique comme porte vers l’Afrique et les pays arabes », s’est réjoui Wang Li, le président directeur général de Vasworld Power Cooporation Limited.

Un investissement à 53 millions de dollars

L’accord conclu entre les trois entreprises ouvre la voie à la construction d’une usine de montage de voitures électriques en Égypte. Darshal va donc investir 53 millions de dollars. « Pour tester d’abord le marché et mesurer le pouvoir d’achat, puisqu’il s’agit d’une nouvelle technologie, nous allons commencer par produire 500 à 1 000 voitures à titre expérimental », a affirmé Kamal Abdel Hamid, chef du département du contrôle de la qualité et de la conception chez Engineering Automotive Manufacturing, le partenaire gouvernemental de Darshal.

Les différentes parties se sont engagées à mettre sur le marché égyptien des véhicules avec des prix « accessibles à tous ». Ils seront accompagnés des pièces de rechange disponibles aux quatre coins du pays, là où les voitures seront vendues. Si l’opération est une réussite, l’usine pourrait produire jusqu’à 10 000 véhicules. Ils seront alors aussi au marché africain et moyen-oriental.

Jean Marie Takouleu 

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21