ÉGYPTE : cinquante-deux stations d’épuration sont en projet dans le nord du pays

Par - Publié le / Modifié le

ÉGYPTE : cinquante-deux stations d’épuration sont en projet dans le nord du pays©ymgerman/Shutterstock

Le nouveau ministre égyptien du Logement Asem al-Gazzar a annoncé que cinquante-deux stations d’épuration étaient en cours de construction en Haute-Égypte. Trente-quatre d’entre elle seront mises en service au cours de l’exercice 2018/2019. Elle recycleront les eaux usées traitées pour l’irrigation.

Dans l’actualité du secteur de l’eau et de l’assainissement en Égypte, le chiffre 52, retient l’attention. C’est le nombre de stations d’épuration en cours de construction en Haute-Égypte selon Asem al-Gazzar, le tout nouveau ministre du Logement.

L’ensemble des installations en cours de constructions devraient traiter 418 millions de m3 d’eau chaque année. Trente-quatre parmi les cinquante-deux ouvrages sont mis en service au cours de l’exercice 2018/2019. La construction de ces usines de traitement des eaux usées nécessite un investissement de 8,1 milliards de livres égyptiennes, soit plus de 462 millions de dollars.

Les projets d’assainissement et particulièrement la construction de stations d’épuration se sont multipliés ces derniers mois dans le pays des pharaons. En octobre 2018, le ministère des Ressources en eau et de l’Irrigation a annoncé le début de la construction de plusieurs stations d’épuration dans le Sinaï. Parmi elles, la plus importante se trouve près du lac Manzala, dans le gouvernorat de Port-Saïd.

Recyclage des eaux usées

Armed Forces Engineering Authority (Afea), le génie militaire égyptien est en train d’y construire une usine d’épuration. Ce sera l’une des plus grandes stations d’Afrique du Nord. Elle offrira une capacité de production de 5 millions de m3 par jour. L’eau traitée sera réutilisée pour l’irrigation. Afea estime qu’elle permettra d’irriguer plus de 160 000 hectares, bénéficiant ainsi à près 500 000 personnes.

La construction de stations d’épuration dans le Sinaï ne répond pas seulement au besoin en eau de l’agriculture ni uniquement à la nécessité de lutter contre la pollution du lac Manzala. En janvier 2018, le gouvernement égyptien a inauguré un gigantesque parc industriel dans la région. Et il faut donc aussi traiter les eaux qui seront rejetées par les usines du parc. Dans la ville de Mahmasa, gouvernorat d’Ismaïlia, Afea va donc construire une autre station d’épuration d’une capacité d’un million de m3 d’eau par jour. L’eau traitée servira à irriguer plus de 20 000 hectares.

Selon Asem al-Gazzar, l’ensemble des 52 stations d’épuration en projet en Haute-Égypte devrait bénéficier à 8 millions de personnes, en favorisant l’irrigation.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21