COTE D’IVOIRE : la start-up Coliba mise sur la collecte intelligente des déchets

Par - Publié le / Modifié le

COTE D’IVOIRE : la start-up Coliba mise sur la collecte intelligente des déchets © Coliba ci

Coliba est une jeune entreprise à fort potentiel de croissance qui mise sur la collecte et la valorisation des déchets à travers une application mobile. Ça marche dans la ville d’Abidjan, d’autant plus que les utilisateurs sont récompensés.

Selon Yaya Kone, le cofondateur de Coliba, tout part d’un voyage qu’il effectue avec l’association allemande Ampion (qui promeut le développement durable, NDLR) dans 7 pays en Afrique de l’Ouest. Partout, il constate que les principaux centres urbains croulent sous les déchets plastiques. Dans son pays, la Côte d’Ivoire, plus de 5 millions de tonnes sont produits par les ménages chaque année, seulement 10 % des déchets sont recyclés. Le reste se retrouve dans les rues ou dans les décharges comme celle d’Akouedo sur 153 hectares à Abijan.
Beaucoup d’initiatives sont en cours, visant à réduire les déchets dans les rues. C’est le cas notamment de « selfie déchet » qui, parti de Guinée pour sensibiliser aux problèmes des déchets dans les rues, s’ébranle sur le continent africain, mais n’a pas vraiment atteint l’objectif escompté. C’est ce constat qui va pousser Yaya Koné et son associé Genesis Ehimegbe à explorer l’univers du numérique pour le mettre au service de la collecte des déchets dans la ville d’Abidjan. Et ainsi naîtra : Coliba.

Une collecte intelligente

Dans la ville d’Abidjan, la start-up fait de plus en plus parler d’elle. Elle dispose d’une application mobile et d’une messagerie pour faciliter la collecte des déchets. Pour signaler un tas d’ordures dans un coin, l’utilisateur actionne une simple touche sur l’application. Il est ensuite géolocalisé et l’entreprise se charge d’envoyer l’un de ses 50 précollecteurs pour venir récupérer les déchets.
En échanges, l’utilisateur reçoit des points qui se transforment en crédit téléphonique, en data pour la connexion internet, en bon d’achat, ticket restaurant, en billet de concert ou en kits scolaires « en fonctions des quartiers ». Coliba travaille également avec plusieurs restaurants et hôtels de la ville d’Abidjan où la société récupère les déchets. Pour Yaya Kone, « les bouteilles plastiques doivent être considérées comme de la matière première ». C’est pourquoi elles sont ensuite revalorisées.

 

COTE D’IVOIRE : la start-up Coliba mise sur la collecte intelligente des déchets © Coliba

Collecte de déchets à Abidjan © Coliba

Valorisation des déchets

Dans le centre de tri installé par la start-up a Abidjan, ce sont des femmes qui s’affairent à sélectionner les déchets plastiques. Yaya Kone explique ce choix par le fait qu’elles (les femmes) sont plus exposées à la pauvreté dans son pays. Mais le plus important est que les déchets triés sont ensuite transformés en matière plastique utilisable. Il est alors vendu aux « industries automobiles, de bâtiment, de textile » et à bien d’autres.
Selon l’Agence nationale de salubrité urbaine (Anasur), le marché du recyclage est très prometteur en Côte d’Ivoire. Il est estimé à 120 milliards de francs CFA, soit plus de 180 millions d’euros. D’après cette même source, ce secteur pourrait employer plus de 10 000 personnes. Pas étonnant donc que la start-up veuille étendre ses activités à toutes les villes de Côte d’Ivoire. Elle nourrit également l’ambition de s’installer dans d’autres pays africains comme le Togo, le Nigeria ou encore le Cameroun.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21