CAMEROUN : l’État veut former 450 jeunes à l’usage du solaire

Par - Publié le / Modifié le

CAMEROUN : l’État veut former 450 jeunes à l’usage du solaire

Le ministère camerounais de la Jeunesse et de l’Éducation civique compte former 450 jeunes à l’usage de l’énergie solaire photovoltaïque. Cette formation de deux semaines a pour but de doter les apprenants d’outils pouvant leur permettre de créer des entreprises pour proposer des solutions énergétiques aux populations.

Un concours vient d’être lancé pour le recrutement de 450 camerounais. Ces jeunes devront être formés en techniques d’énergie solaire photovoltaïque. L’objectif de cette formation est d’équiper une cuvée de jeunes afin de leur permettre de trouver des solutions aux problèmes énergétiques dans leurs localités respectives. Les organisateurs espèrent qu’à la fin de la formation, les lauréats puissent créer des entreprises locales de production d’énergie solaire photovoltaïque. Le concours a lieu le 23 février 2019 dans 15 centres répartis sur le territoire national. Il s’agit entre autres de Yaoundé, Douala, Dschang, Bamenda, Ebolowa, Ngaoundéré, Bertoua, Garoua, Buéa, etc.

Le concours s’adresse aux Camerounais des deux sexes, âgés de 15 à 35 ans et titulaires d’un BEPC, au moins, ou autre diplôme équivalent. Les candidats devront fournir les pièces suivantes :

–         Un formulaire d’inscription dûment rempli à retirer dans les Centres multifonctionnels de promotion de la jeunesse ;

–         Une photocopie non certifiée de la CNI en cours de validité ;

–         Une copie non certifiée du diplôme requis ou de son équivalent.

Le concours est organisé par la société New Generation Technologie, en partenariat avec le ministère camerounais de la Jeunesse et de l’Éducation civique. La formation durera deux semaines coûte 240 000 FCFA et sera partiellement financée par le Minjec. L’autre moitié sera versée par l’apprenant. Toutefois, des dispositions seront prises pour suivre les apprenants pendant un an.

Selon des données de la Banque mondiale, 57 % de la population en zone urbaine et 14 % en zone rurale ont accès à l’électricité. Mais le pays ambitionne de porter la production à 3 000 MW en 2020. Ce projet de formation intervient au moment où le Cameroun est en train de faire ses premiers pas dans le domaine du solaire. En ce mois de janvier 2019, l’hôpital du district de Bangangté (Ouest Cameroun) par exemple s’est vu doté de 237 lampes et tubes LED et d’une centrale solaire de plus de 20 KW.

Luchelle Feuekeng

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter