AFRIQUE : première réunion d’échanges de la plateforme africaine des villes propres

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE : première réunion d’échanges de la plateforme africaine des villes propres ©SJ Travel Photo and Video

Du 26 au 28 juin 2018 s’est tenue à Rabat (capitale marocaine) la toute première réunion annuelle de la plateforme africaine des villes propres (ACCP). Ce rendez-vous qui a réuni une trentaine de pays a permis aux participants de réfléchir sur des mécanismes à mettre en place pour rendre les villes africaines plus vertes.

Comment faire pour promouvoir les objectifs de développement durable à travers la mise en réseau et le partage des connaissances en matière de gestion des déchets entre les pays africains ? La question est cruciale et préoccupe les dirigeants africains. Les membres de la plate-forme africaine des villes propres se sont réunis pour se pencher sur le sujet pendant 72 heures à Rabat au Maroc.

Cette réunion a été l’occasion pour les participants de discuter de la pression environnementale sur les villes africaines qui s’accroit de plus en plus en raison de la croissance de la population, du développement économique et de l’évolution du rythme de l’urbanisation. Le secteur des déchets est l’un des plus affectés par cette croissance. Une mauvaise gestion qui peut entrainer des effets néfastes sur les conditions d’hygiène et de santé des populations.

Le rendez-vous de Rabat a permis au Maroc, le pays hôte, de partager son expérience avec les autres. En 2008, le pays de Mohamed XI a lancé le Programme national des déchets ménagers (PNDM) qui lui a permis de collecter 86 % des déchets et d’en enfouir 51 %. Une stratégie qui a amélioré le cadre de vie dans les villes marocaines.

L’ACCP : un lieu d’échange sur les initiatives locales

La rencontre de la plate-forme africaine des villes propres est organisée par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), en partenariat avec le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Secrétariat d’État chargé du développement durable, le ministère de l’Environnement du Japon, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (Pnue), l’ONU-Habitat et la ville de Yokohama. Les dirigeants africains ont trouvé urgent de mettre sur pied cette plate-forme en avril 2017 au cours de la sixième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad VI). Les participants avaient alors reconnu la nécessité et l’urgence d’une coopération solide entre les États africains pour une meilleure gestion des déchets. En 2017, l’ACCP a été officiellement lancée au Mozambique, au cours d’une réunion préparatoire à la rencontre de 2018.

Les premiers résultats seront évalués en 2019 au Japon, lors de la seconde rencontre du groupe.

Luchelle Feukeng

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21