AFRIQUE : l’Unesco et Armor équipent des écoliers d’un film photovoltaïque

Par - Publié le / Modifié le

AFRICA: UNESCO and Armor equip school goers with photovoltaic film© Dave Primov/Shutterstock

Un film photovoltaïque approvisionnera désormais des écoles d’Afrique en énergie solaire. Il est le fruit d’un accord de partenariat signé en 2018 entre l’Unesco et l’entreprise française Armor. Le dispositif a déjà été expérimenté avec succès dans une école togolaise.

Un nouveau jour se lève-t-il pour les écoles africaines ? Désormais, le film photovoltaïque Asca de la société Armor sera mis à la disposition de leurs élèves, pour produire de l’énergie. Un partenariat a été signé à cet effet en fin d’année 2018 entre cette entreprise française et l’Organisation des Nations unies pour la science et la culture (Unesco). Selon les termes de l’accord, Armor doit fournir à l’Unesco des films photovoltaïques. Ces derniers seront utilisés pour alimenter les lampes portables qui seront distribuées aux élèves africains. Pour l’Unesco, ce projet représente une « innovation qui a été expérimentée à titre pilote au début de cette année, dans une école primaire publique à Akplolo, au Togo.

Un film photovoltaïque de nouvelle génération

Ce projet pilote fera partie d’un projet plus vaste : la mise en œuvre élargie dans le cadre de cet accord de partenariat. » L’année dernière, il a été expérimenté avec succès auprès de six écoliers d’une école primaire de la même localité.

Armor a conçu cette innovation grâce à son savoir-faire en enduction de rubans transfert thermique dédiés à l’impression des codes-barres. L’entreprise nantaise a réussi à l’adapter pour produire à échelle industrielle un film photovoltaïque organique flexible et compétitif. Selon Armor, ce film photovoltaïque bas carbone de nouvelle génération est issue d’un procédé de fabrication peu énergivore, sans silicium et qui n’utilise aucune autre ressource rare ou toxique.

Déjà présent au Maroc et en Afrique du Sud, Armor a ouvert un site à Nairobi (au Kenya) et a installé en Côte d’Ivoire un Business developer, Adrien Ranchon, pour développer spécifiquement la gamme de films photovoltaïques Asca. En ligne de mire, les pays du sous-continent : Côte d’Ivoire, Sénégal, Ghana, Togo, Bénin, et Burkina Faso.

Dans les prochains mois, le projet de l’Unesco devrait permettre de doter 212 écoliers de cette localité de lampes mobiles rechargeables pouvant leur permettre de réviser leurs leçons le soir. La société française mettra à la disposition de l’école 65 Solar set (pochettes qui, une fois ouvertes, servent de chargeurs solaires) et 240 lampes LED portatives et rechargeables. Les Solar set sont dotées du film photovoltaïque organique Asca et se chargent grâce à la lumière du soleil. Ce film photovoltaïque est semi-transparent. Pour ses concepteurs, il permet de « se tourner vers le soleil pour proposer une source d’énergie renouvelable comme alternative aux autres énergies. »

Le Togo, comme plusieurs pays africains a beaucoup de défis à réaliser en matière d’accès à l’électricité. En 2018, le taux d’accès à l’énergie électrique y était de 45 %, et de nombreux ménages en zones rurales sont encore totalement privés d’électricité. Le pays veut atteindre 50 % en 2020 et 90 % en 2030. Beau défi !

Luchelle Feukeng

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21