AFRIQUE : l’initiative Clean Oceans financera deux fois plus de projets que prévu ?

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE : l'initiative Clean Oceans financera deux fois plus de projets que prévu ?©Rich Carey/Shutterstock

Les fonds de l'initiative Clean Oceans, qui finance les projets visant à réduire les déchets plastiques dans les cours d’eau, ont été multipliés par deux. Ils passent de 2 à 4 milliards d’euros d’ici à 2025. Ainsi en ont décidé les membres de cette initiative, réunis au « One Ocean Summit », du 8 au 11 février 2022 à Brest au nord de la France.

La France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont décidé le 11 février 2022, de porter à 4 milliards d’euros d’ici à 2025 le montant des financements fournis dans le cadre de l’initiative européenne « Clean Ocean ». C’était au terme du « One Ocean Summit », un sommet organisé à Brest au nord de la France, dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (UE), pour tenter de sauver les océans de la pollution due au plastique.

« Cet engagement, annoncé lors du sommet One Ocean à Brest, montre que les banques publiques de développement travaillent en étroite collaboration avec les autorités côtières et fluviales pour réduire la pollution plastique dans les océans résultant en grande partie des activités terrestres » affirme Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD). Lancée en 2018 par la BEI, en collaboration avec l’AFD et la banque de développement allemande, Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW), l’initiative Clean Oceans finance les projets visant à réduire les déchets plastiques dans les fleuves et les mers ou à l’intérieur des terres. Elle ne disposait jusqu’ici que d’un financement de 2 milliards d’euros d’ici 2023.

Déjà 7 projets financés en Afrique

En trois ans d’existence, Clean Oceans a atteint 80 % de son objectif en fournissant des financements à long terme représentant 1,6 milliard d’euros à l’appui de projets des secteurs public et privé qui réduisent les rejets de matières plastiques, de microplastiques et d’autres déchets dans les océans grâce à une meilleure gestion des déchets solides, des eaux usées et des eaux pluviales.

Les projets signés à ce titre jusqu’à présent bénéficieront à plus de 20 millions de personnes en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe. L’initiative a ainsi permis l’amélioration du traitement des eaux usées au Sri Lanka, en Chine, en Égypte et en Afrique du Sud, la gestion des déchets solides au Togo et au Sénégal, ainsi que la gestion des eaux pluviales et la protection contre les inondations au Bénin, au Maroc et en Équateur.

Près de 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans les océans chaque année

La multiplication par deux, de l’engagement de l’initiative Clean Oceans est motivée par les menaces qui pèsent sur les océans et de la nécessité pressante de protéger ses ressources naturelles. D’après les estimations de l’AFD, huit millions de tonnes de déchets plastiques finissent chaque année dans les océans. Les milliards de masques et de gants utilisés pendant la pandémie de Covid-19 aggravent encore le problème. Cette pollution menace les estuaires, les récifs coralliens, les poissons et les millions de familles qui dépendent des océans.

Lire aussi-AFRIQUE: l’AFD et le FFEM financent la lutte contre la pollution plastique des océans

Les mers procurent pourtant d’innombrables avantages à la planète et aux populations, sous la forme de nourriture, de médicaments, d’énergie renouvelable et de ressources naturelles. L’AFD estime à 2 500 milliards d’euros par an, la valeur des services et des biens produits grâce aux ressources marines et côtières.

Boris Ngounou

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21