AFRIQUE : la BAD peaufine un nouvel instrument incitatif pour financer les ENR

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE : la BAD peaufine un nouvel instrument incitatif pour financer les ENR© wk1003mike/ Shutterstock

À travers sa nouvelle initiative Green Baseload Facility, la Banque africaine de Développement (BAD) fournira aux États africains une assistance technique dans la production des énergies renouvelables et à un coût relativement bas.

Un coup de pouce pour le secteur des énergies des renouvelables en Afrique. Ainsi pourrait-on qualifier l’initiative Green Baseload Facility de la Banque africaine de développement (BAD). Elle a été annoncée le 14 mars 2019 par le président de la Banque, Akinwumi Adesina, en marge du One Planet Summit qui se tenait à Nairobi (Kenya). La principale mission de la Green Baseload Facility sera de fournir, aux Etats africains, un financement concessionnel et une assistance technique pour le développement d’énergies renouvelables « fiables et à moindre coût. » Cette initiative sera intégrée dans la phase 2 du Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA2.0).

Pour la BAD, il faut désormais allier l’action aux discours : « Il ne suffit pas simplement de demander aux pays de se détourner des technologies polluantes. Nous devons être proactifs en mettant en avant des alternatives crédibles », a déclaré Akinwumi Adésina, président de la banque. Le Green Baseload Facility devra permettre aux États africains de produire de l’énergie en évitant des ressources comme le charbon, dévastatrices pour l’environnement.

À peine annoncée, l’initiative séduit déjà quelques partenaires internationaux, dont le Canada, le Danemark, l’Allemagne, la Norvège, l’Italie, la Suède, le Royaume-Uni et des organismes non étatiques comme l’Agence des États unis pour le développement international (Usaid)…

La BAD veut engager 40 % de ses investissements de l’année 2019 en faveur du Climat en Afrique. D’ailleurs, les énergies renouvelables représentent 95 % des investissements effectués par la banque dans le secteur de l’énergie entre 2016 et 2018. Un pourcentage qui pourrait passer à 100 %. Car, de 2020 à 2025, la banque projette de consacrer 25 milliards de dollars dans la lutte contre le changement climatique, comme l’a rappelé son président, au cours du One Planet Summit.

Luchelle Feukeng

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21