AFRIQUE DU SUD : la pêche au drone, interdite pour ses ravages sur la biodiversité

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE DU SUD : la pêche au drone, interdite pour ses ravages sur la biodiversité ©pelinsahin/Shutterstock

En Afrique du Sud, les constructeurs d’accessoires pour pêche au drone viennent de perdre une bataille judiciaire contre le ministère sud-africain de l’Environnement. Le gouvernement sud-africain estime que l’utilisation d’engins motorisés dans le cadre de la pêche à la ligne accroît la pression sur certaines espèces marines menacées.

C’est la fin d’un loisir nautique qui met en danger les ressources halieutique de l’Afrique du Sud. Le 12 avril 2022, un tribunal de Pretoria (capitale administrative de l’Afrique du Sud) a débouté des fabricants de drones qui contestaient une note du ministère sud-africain de l’Environnement interdisant l’utilisation d’engins motorisés dans le cadre de la pêche à la ligne. Après près de trois mois de procès, la justice a donné raison au gouvernement sud-africain, qui dénonçait depuis plusieurs années l’impact négatif de la pêche au drone sur la biodiversité marine.

Promue depuis 2016 en Afrique du Sud par des constructeurs de drones, l’utilisation d’engins motorisés dans le cadre de la pêche à la ligne inquiète également les scientifiques. Ils évoquent des effets tels que la capture d’espèces en danger, la surpêche et même des conflits entre plagistes et pilotes de drone. Cette nouvelle pratique consiste à charrier une ligne et son appât avec un drone, de manière à pêcher le plus loin possible tout en restant sur la côte le plus souvent. L’appât est relâché par le drone une fois la proie repérée. La technique permet de faire de grosses prises comme des requins, qui normalement sont impossible à atteindre depuis la plage.

Des requins en voie de disparition

L’interdiction de la pêche au drone intervient en Afrique du Sud au moment où le pays d’Afrique australe connait une disparition progressive des requins blancs. Une étude commanditée par le gouvernement sud-africain indique la nette régression de ces mammifères marins. Au large de la baie False à l’est du Cap le nombre d’observations de requins blancs se situait à 205 par an entre 2010 et 2016.

Lire aussi-AFRIQUE DU SUD : les oiseaux cormorans, poussés à l’extinction par la surpêche

Alors qu’en 2018, à peine 50 observations ont été réalisées. Ces requins ont disparu de l’horizon, même durant les mois qui constituent habituellement le pic de leur présence. En deux ans, un seul signalement a ainsi pu être confirmé dans la zone, selon la même étude.

Boris Ngounou

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21