AFRIQUE DE L’OUEST : la Cedeao durcit la protection des forêts avec l’Asdi et la FAO

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE DE L’OUEST : la Cedeao durcit la protection des forêts avec l’Asdi et la FAO©Fabian Plock/Shutterstock

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeoa), vient de lancer un nouveau projet de protections des forêts et de résilience au changement climatique dans 15 pays. Le projet est financé à hauteur de huit millions de dollars par l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (Asdi), avec l’appui technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’Afrique de l’Ouest renforce son dispositif de protection des forêts et de résilience des populations au changement climatique. C’est l’objectif d’un nouveau projet initié par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeoa), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (Asdi).

Ce projet couvre une période de 5 ans et touchera 15 pays en Afrique de l’Ouest. Il est prévu de « renforcer la gestion durable des forêts et des terres, de faire face aux menaces transfrontalières qui pèsent sur les forêts et d’optimiser les moyens d’existence des communautés tributaires de la forêt », explique la FAO. Sur le terrain, les activités seront coordonnées par la Cedeao avec le soutien technique de la FAO. Pour sa part, Asdi financera le projet à hauteur de 8 millions de dollars.

Des millions de personnes touchées

En Afrique de l’Ouest, les forêts et les zones humides couvrent 72 millions d’hectares, lieu de vie et habitat de plusieurs espèces d’animaux menacées de disparition, comme le chimpanzé d’Afrique de l’Ouest, dont le plus grand nombre vit actuellement reclus dans le Parc national du Moyen-Bafing en Guinée.

Ces forêts constituent aussi une source d’alimentation et de subsistances nécessaire à la survie de millions de personnes. Mais elles rétrécissent de plus en plus. En cause : l’extension des plantations et des coupes abusives des arbres. Une situation qui préoccupe la Cedeao, la FAO et l’Asdi. « C’est un projet très important pour les populations ainsi que les gouvernements de la région, et pour relayer les efforts internationaux visant à atténuer le changement climatique et l’appauvrissement de la biodiversité », affirme Ulla Andrén, responsable de la coopération pour le développement régional en Afrique subsaharienne de l’Asdi.

Ce n’est pas le premier projet d’envergure régional destiné à la protection des forêts et des zones humides en Afrique de l’ouest. En septembre 2018, les experts et les responsables politiques d’Afrique de l’Ouest ont lancé à Dakar (Sénégal) le programme de « Gestion durable des zones humides pour le renforcement de la sécurité alimentaire et la résilience des écosystèmes en Afrique de l’Ouest ». L’Union européenne alloue un financement de 1,3 milliard de francs CFA à ce programme, soit près de 2 millions d’euros.

Jean Marie Takouleu  

Tags

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21