AFRIQUE : BAD investit 25 M$ dans ARPF et milite pour les énergies renouvelables

Par - Publié le / Modifié le

AFRIQUE : BAD investit 25 M$ dans ARPF et milite pour les énergies renouvelables ©Rokas Tenys/Shutterstock

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé son entrée dans le capital d’Africa Renewable Power Fund (ARPF). L’investissement de 25 millions de dollars vise à développer les énergies renouvelables en Afrique au sud du Sahara.

Africa Renewable Power Fund (ARPF), un fonds d’investissement dédié à la production des énergies renouvelables en Afrique sub-saharienne, va recevoir de l’argent frais. Les fonds viennent de la Banque africaine de développement (BAD). Son conseil d’administration s’est réuni récemment et a validé une prise de participation dans l’ARPF à hauteur de 25 millions de dollars.

Selon l’institution financière panafricaine, l’ARPF devrait ajouter cet argent à sa cagnotte qui compte déjà 250 millions de dollars. Ces fonds sont destinés à financer « entre10 et 15 projets d’énergies renouvelables ». Il s’agit en particulier du solaire, de l’éolienne, des petites et moyennes centrales hydroélectriques, la géothermie et de la biomasse.

Le soutien aux producteurs privés d’électricité

« L’ARPF élargira la réserve de projets énergétiques bancables en Afrique, complétera et approfondira le travail de la BAD dans ce domaine crucial. Ceci est vital pour la croissance économique et pour favoriser la transition vers une réduction des émissions de carbone sur l’ensemble du continent », a affirmé Amadou Hott, vice-président de la BAD. Dans les pays africains, ce fonds privé sélectionne les projets prioritaires, pouvant impacter le développement local. Les projets choisis sont ceux détenus par des producteurs privés d’électricité (IPP). Ces projets peuvent être destinés au réseau ou tout simplement de l’off-grid pour les communautés ou les entreprises.

En Afrique de l’Ouest, ARPF a investi dans six petits projets solaires développés par l’entreprise Azimuth au Ghana ; 1 MW est déjà opérationnel. L’électricité est destinée à alimenter des centres commerciaux. Dans le même pays, il a investi dans un projet de biomasse d’eucalyptus développé par l’entreprise norvégienne Africa Plantations for Sustainable Development (APSD) à 400 km au nord d’Accra, la capitale. Cette usine est déjà en fonction et développe une capacité de 60 MW.

En Afrique de l’Est, plus précisément en Ouganda, ARPF a soutenu Berkeley Energy pour son projet hydroélectrique d’une capacité de 16 MW à Kikagati, à la frontière avec la Tanzanie. L’énergie produite est vendue aux deux pays. Au-delà de l’aspect développement local, la BAD veut mettre l’accent sur la protection de l’environnement. « La Banque veillera également à ce que les normes environnementales et sociales les plus élevées, ainsi que les considérations liées au changement climatique et à l’égalité des sexes, soient appliquées aux projets », promet-elle. ARPF a déjà investi pour la production de 533 MW en Afrique au sud du Sahara.

Jean Marie Takouleu

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

Accept
X
Newsletter AFRIK 21