AFRICAN UTILITY WEEK : l’eau et l’énergie au cœur des débats entre professionnels

Par - Publié le / Modifié le

RWANDA: Forum on green finance for a more resilient Africa©/Rawpixel.com/Shutterstoc

L’African utility week se tiendra du 14 u 16 mai 2019 à Cape Town en Afrique du Sud. Ce rendez-vous les professionnels de l’énergie et de l’eau et permettra de mobiliser des ressources humaines, matérielles et financières pour développer ces deux secteurs.

La 19e édition de l’African utility week se tiendra à Cape Town en Afrique du Sud, du 16 au19 mai 2019. Ce forum est considéré par ses organisateurs comme étant le principal lieu de rencontre et de partage entre les professionnels africains du secteur de l’électricité, de l’énergie et de l’eau. Il réunira plus de 10 000 acteurs professionnels réunis pour trouver les clés d’une amélioration des performances africaines en matière de production d’énergie et d’eau. Le rendez-vous de Cape town donnera également à ces décideurs l’opportunité de rencontrer 350 investisseurs. Pour les organisateurs de ce salon, le but est d’aider les participants à trouver des solutions, générer des affaires et surtout se connecter aux marchés de l’énergie et mettre en valeur leur expertise en matière d’approvisionnement efficace en électricité. Et en eau Une stratégie qui permettra de développer ces deux secteurs en Afrique, qui commencent d’ailleurs à s’interconnecter. Le solaire sert désormais à pomper ou à dessaler l’eau de manière décentralisée, tandis que les barrages sont utilisés pour produire de l’électricité et stocker de l’eau, mais également comme moyen de stockage de l’électricité pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables…

Le marché de l’eau et de l’énergie en Afrique, prometteur malgré les embuches

L’accès à l’eau potable reste un problème majeur en Afrique. Près de 300 millions de personnes sont privés d’accèsà l’or bleu. Une étude publiée par le Groupe intergouvernemental des experts du climat (GIEC) révèle que 19 grandes zones dans le monde subissent un stress hydrique élevé et dont plusieurs pays africains comme le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, la Lybie, l’Afrique du Sud et d’autres encore en Afrique de l’Ouest et de l’Est sont les victimes. Dans le même esprit, un rapport publié en 2017 par l’Unicef et l’OMS souligne que dans le monde, près de 263 millions de personnes doivent marcher plus de 30 minutes pour chercher de l’eau, et plus de la moitié d’entre eux vivent en Afrique subsaharienne. Pourtant, l’Afrique dispose de plus de 5000 milliards de mètres cubes d’eau dans ses nappes phréatiques, sans parler grands systèmes fluviaux de l’Afrique subsaharienne. Un réel potentiel qu’il convient d’exploite. D’autant que l’Afrique subira dans les 20 prochaines années une augmentation de sa population équivalent à celle qui peuple l’Europe aujourd’hui.

En revanche, le secteur énergétique Afrique semble déjà être sur les bons rails. Selon l’Agence internationale de l’Énergie, le taux d’accès à l’électricité en Afrique qui est actuellement de 43 % devrait passer à 73 % à l’horizon 2040. Une progression qui pourrait être facilitée par les énergies renouvelables, vers lesquelles plusieurs États africains se tournent de plus en plus. La carte du monde du soleil montre que l’Afrique reçoit beaucoup plus de temps d’ensoleillement au cours de l’année que tout autre continent de la terre. De même, tous les territoires les plus ensoleillés se trouvent en Afrique. Des dispositions naturelles que les organisateurs de l’African Utility week souhaitent mettre en valeur afin de contribuer au développement du continent.

 Luchelle Feukeng

 

Plus sur le même thème

Plus dans la même région

Nous respectons votre vie privée

Ce site utilise des cookies et des technologies statistiques pour améliorer votre expérience. En cliquant j'accepte, vous donnez votre accord.

J'accepte
X
Newsletter AFRIK 21